Business international

Encaissement documentaire et crédit documentaire

Commerce international avec une réduction des risques sur mesure.

Les entreprises qui construisent des relations avec l’étranger souhaitent limiter les risques en matière de transactions internationales. C'est précisément sur ce point que les ING Trade Finance Services leur viennent en aide.

  • Le crédit et l’encaissement documentaires limitent vos risques

    Vous voulez être certain d’être payé ou que les marchandises et/ou services commandés vous soient effectivement livrés ? Vous pouvez vous en assurer de différentes manières. Le crédit documentaire est la manière la plus sûre de faire du commerce à l’échelle internationale. L’encaissement documentaire est meilleur marché et plus rapide. Toutefois, il offre moins de sécurité.

  • Comment savoir quelle méthode vous convient le mieux ?

    Vous devez faire votre choix en fonction de la relation que vous avez construite avec votre interlocuteur commercial. Et pensez également à contrôler la situation politique du pays avec lequel vous travaillez.

  • Crédit documentaire pour une sécurité maximale

    Dans le cadre du crédit documentaire, la banque paiera pour compte de l'importateur sur présentation par l'exportateur de certains documents prédéfinis et contrôlés par la banque. En tant que fournisseur/exportateur, vous êtes assuré d’être payé après l’envoi des marchandises et présentation des documents.

  • Encaissement documentaire : le plus rapide et le plus économe

    L’encaissement documentaire ne garantit pas le paiement. Mais il veille à ce que l’importateur/client ne puisse pas réceptionner de marchandises avant d’avoir payé ou d’avoir signé une lettre de change. La banque joue le rôle d’intermédiaire, transmet certains documents de transport et encaisse le paiement.

  • Limites de l’encaissement documentaire

    Ce mode de paiement n'a de sens que lorsque l'acheteur a besoin des documents pour prendre possession de la marchandise. L'encaissement documentaire est donc réservé au transport maritime et, dans certains cas, au transport aérien. Notons que la banque ne vérifie pas les documents, elle ne fait que les transmettre à l'acheteur sous certaines conditions. Ce dernier est libre de les accepter ou pas.