Starters

22 août 2017

Lancer son activité en Belgique : premiers pas

Pourquoi lancer son business en Belgique ? Certains sont motivés par le désir d’échapper à un environnement professionnel étouffant, d’autres par le besoin d’être leur propre patron, de profiter d’une satisfaction professionnelle accrue, d’une forme de liberté, et d’autres encore par nécessité plutôt que par choix. Découvrez ce à quoi vous devez penser avant de vous lancer.

Sauter le pas

À en croire Willy Borsus, le précédent ministre fédéral des classes moyennes, PME, indépendants et de l’agriculture (désormais ministre-président du gouvernement wallon), le nombre de travailleurs indépendants en Belgique a augmenté en 2016 de 23.000 unités pour atteindre un record de 1.058.522. Il s’agit, pour 714.412 d’entre eux, d’une activité d’indépendant à titre principal, alors qu’il s’agit d’une activité à titre complémentaire pour 245.035 autres, tandis que 99.075 retraités ont choisi de rester actifs.

Quelles étapes devez-vous franchir pour vous lancer ?

Différentes options sont possibles, que l’activité soit à temps plein ou partiel :

  • inscription comme indépendant à titre principal,
  • comme activité complémentaire en plus d’une activité d’employé
  • ou création d’une société.

Si vous choisissez cette dernière option, un comptable efficace, même s’il semble représenter une dépense importante au début, sera un bienfait loin d’être superflu à long terme. Un comptable est également en mesure de vous aider à choisir le bon statut juridique pour votre activité professionnelle.

Choisir le bon statut

Votre activité professionnelle peut prendre différentes formes, du statut d’indépendant complémentaire à celui de société anonyme. Sans oublier les notions de succursales et de filiales. Une succursale supporte l’activité commerciale d’une société étrangère installée en Belgique. Elle est gérée par un représentant légal de la maison-mère. Une filiale est une société belge possédant sa propre personnalité légale. Pour une entreprise individuelle (solo trader), certaines obligations légales interviennent en matière de pouvoir décisionnel, répartition des bénéfices et administration. Toutefois, une société présente quelques avantages fiscaux. Il existe plusieurs types de sociétés et le capital exigé à la création dépend de ce type.

Pour créer une société à responsabilité limitée (SARL ou SPRL), un capital minimum de 18.550 € sera exigé alors que les actionnaires mettant en place une société anonyme devront garantir un capital d’au moins 61.500 €.
Lors de la création d’une SPRL ou d’une SA, un plan financier doit être déposé auprès d’un notaire. Un notaire sera également indispensable à l’établissement des actes constitutifs, aux modifications futures et à l’éventuelle fermeture de l’entreprise.

Ouvrir un compte bancaire

Lors du lancement de votre activité professionnelle, vous devez ouvrir un compte bancaire totalement indépendant de vos comptes privés. Ce compte doit être exclusivement utilisé pour des transactions liées à votre activité professionnelle. En outre, le numéro de compte bancaire doit figurer sur tous vos documents commerciaux, en premier lieu vos factures.

Obtenir sa carte professionnelle

L’étape suivante est d’obtenir votre carte professionnelle afin de devenir officiellement votre propre patron. Cette demande doit être introduite auprès d’un guichet d’entreprise. Si le SPF Économie approuve votre demande, vous recevrez une carte valable pour cinq ans. Le responsable du guichet d’entreprise vous aidera à vous inscrire dans une base de données nationale des activités professionnelles connue sous le nom de Banque Carrefour des Entreprises.

Si vous souhaitez lancer une activité commerciale, le guichet d’entreprise doit vérifier vos connaissances en gestion commerciale ainsi que vos compétences professionnelles. Tout diplôme belge de l’enseignement supérieur est valable et un diplôme ou une expérience acquise à l’étranger peut servir d’équivalent. Vous pouvez également justifier de votre expérience professionnelle à l’aide de contrats de travail. Dans certains cas, vous serez tenu de passer des examens reconnus par l’État ou de faire appel à un associé d’affaires qui peut prouver qu’il possède les compétences requises et qu’il prendra en charge la gestion quotidienne de l’entreprise. Si un guichet d’entreprise refuse votre demande, vous pouvez recommencer le processus à un autre guichet.

Une fois inscrit, vous recevez un numéro d’entreprise unique. Celui-ci est composé d’un 0 ou d’un 1 suivi de neuf autres chiffres. Vous aurez besoin de ce numéro dans toutes vos communications avec les autorités et devez le faire figurer sur vos documents, site internet ou vitrine. Si vous constituez une société dotée d’une personnalité juridique, vous devez déposer les documents requis au greffe du tribunal de commerce qui en publiera un résumé au Moniteur, Journal officiel belge.

Et maintenant ?

Vous créez votre entreprise ou vous vous lancez comme indépendant ?