Innovation

12 avril 2018

Entreprise sans patron ? La clé, c'est la volonté !

Pas de chef ? Le travailleur fixe lui-même son salaire (et le niveau de bénéfices !) ? La PME d'informatique wallonne BIVTeam prouve que c'est possible. Le géant de la chimie Solvay montre la voie en tant que précurseur. Et la start-up gantoise Intuo aide les entreprises à confier les commandes aux travailleurs. La transition d'un leadership top-down vers une politique bottom-up semble très positive.

Toutefois, l'expérience nous apprend que la vraie autogestion n'est viable que si elle est enracinée dans la motivation intrinsèque et de l'employeur et des travailleurs.

Les défis de l'autogestion
"Ma grande crainte, lorsque j'ai lancé l'autogestion, était d'être suspectée de manipulation"
Bénédicte Baurain, BIV Team
  • Tous les collaborateurs veulent-ils prendre cette responsabilité d'autonomie ?
  • Dans l'organisation parfaitement horizontale, les collaborateurs décident-ils eux-mêmes de leur rémunération, des investissements... voire de l'affectation des bénéfices ?
  • Tous les collaborateurs sont-ils suffisamment qualifiés pour codécider de la stratégie financière d'une entreprise ?
  • Comment concilier l'aspiration à une plus grande compétitivité ou croissance de l'entreprise avec les objectifs individuels des collaborateurs ?
  • Cela semble impossible à mettre en oeuvre dans une grande entreprise avec plusieurs actionnaires...
  • Dans quelle mesure l'autogestion peut-elle être absolue ? Au final, quelqu'un doit assumer la responsabilité juridique des actes posés par l'entreprise...
  • Celui qui assume la responsabilité n'a-t-il pas le dernier mot dans le processus décisionnel ?
  • Quels autres facteurs, hormis la responsabilité juridique, entravent l'autogestion absolue ?
  • Dans quelle mesure la législation du travail existante permet-elle une certaine souplesse ?

Découvrez les réponses à ces questions dans l'interview detaillée ici.

Le projet Solvay
Nous devons évoluer et placer les équipes au centre des préoccupations

Cécile Tandeau de Marsac est la Directrice générale en charge des Ressources humaines du groupe Solvay, une entreprise de 27.000 collaborateurs aux profils variés : ouvriers, techniciens, ingénieurs de tout âge et de tout horizon.

Elle porte le projet fascinant mais complexe de réinventer la culture d'entreprise, davantage numérisée et tournée vers les collaborateurs. "En tant que groupe multinational, nous devons évoluer et placer les équipes au centre des préoccupations. Nous n'avons pas d'autre choix."   

www.solvay.com

Le modèle BIVTeam
Les collaborateurs agissent de manière autonome, ils sont aux commandes et maîtres de leur carrière

La CEO Bénédicte Baurain n'est plus la patronne de son entreprise logicielle. Elle agit désormais en tant que modératrice. Sa source d'inspiration ? De grands acteurs comme Zappos.com et Gore qui entendent renouveler davantage leur manière de travailler que l'organisation ou la structure. BIVTeam a jeté par-dessus bord le modèle classique organisé hiérarchiquement où chacun se voit assigner une description de fonction et un ensemble de tâches bien défini. Tous les collaborateurs, y compris le propriétaire-gérant, décident de tout par voie de consensus. Cela va de la vision et stratégie au déploiement opérationnel, à la gestion des risques et la responsabilité, en passant par la rémunération, les investissements et le niveau de bénéfices.

www.biv-team.com

Les outils d'Intuo
Le coaching permanent remplace l'évaluation annuelle classique et accroît la motivation des gens

Le CEO et cofondateur Tim Clauwaert est convaincu que les entreprises ont tout avantage à utiliser les impulsions technologiques. Les activités qu'elles exercent aujourd'hui peuvent être mieux adaptées aux travailleurs et se dérouler ainsi beaucoup plus efficacement. Partant de ce constat, la société a développé une plateforme d'évaluation sur laquelle les collaborateurs donnent un feed-back continu sur le travail de leurs collègues.

"Le coaching permanent remplace l'évaluation annuelle classique et accroît la motivation des gens." Dans le même temps, la plateforme permet aux collaborateurs d'en apprendre davantage sur eux-mêmes. "Quelqu'un qui s'entend souvent dire qu'il dirige bien les personnes va peut-être réaliser qu'il ferait un bon people manager. Et il peut ainsi prendre en mains sa carrière."

www.intuo.io

En savoir plus sur Business 4.0 ?

Vous voulez également entreprendre dans la 4ème dimension ?