Grandir

2 Mars 2017

5 conseils pour optimiser la croissance de son entreprise


Croître ou ne pas croître ? Tout entrepreneur se pose tôt ou tard cette question. Êtes-vous prêt à franchir ce cap ? Acquérir de nouveaux marchés, attirer plus de clients, diversifier vos produits ou services, engager davantage de personnel... Vous rêvez certainement de voir votre entreprise se développer. Mais une phase d’expansion exige au moins autant de réflexion que le démarrage de votre activité. Car, si la croissance est communément perçue comme une étape "positive", la décision de croître n’est pas sans risques. Elle suppose une analyse approfondie de votre société, de votre domaine d’affaires ainsi que du contexte général. Un examen qui vous offrira les outils pour bien grandir…

Le paradoxe de la croissance

Qui dit plus grand, dit plus complexe. Et qui dit plus complexe, dit plus de dysfonctionnements ! C’est ce qui risque de se passer au sein de votre entreprise en expansion. Et les problèmes générés peuvent s’avérer conséquents, au point de remettre en question votre croissance.

C’est ce que Chris Zook, consultant en stratégie chez Bain & Company, appelle le "paradoxe de la croissance", dans un article publié sur le site Internet de la Harvard Business Review.

Son enquête révèle que 88 % des cadres interrogés considèrent que les obstacles les plus importants à la croissance se trouvent au sein même de l’entreprise. Et comme un dirigeant averti en vaut deux : si vous voulez croître, vous avez tout intérêt à faire un travail d’introspection. Concentrez-vous, notamment, sur les points suivants.

1. Surveillez votre vitesse de réaction et la souplesse de votre entreprise

La taille a forcément un impact négatif sur votre capacité à réagir. Une réalité dont vous devez tenir compte lors de votre croissance, au risque de perdre en compétitivité et en efficacité sur les marchés.

La solution peut passer par une meilleure organisation interne. Moins de réunions, mais plus productives, comme le propose par exemple Chris Zook. Prévoyez des réunions fixes avec des objectifs précis : le lundi matin pour prendre des décisions stratégiques, le mardi pour faire le suivi et lever les blocages, etc.

2. Continuez à valoriser les performances de vos collaborateurs

Au sein d’une start-up, tout est plus simple : vous performez, vous évoluez. La méritocratie donc ! En grandissant, tout devient plus formalisé, moins transparent. Le risque est de voir vos troupes perdre en motivation. Veillez à maintenir des objectifs clairs, misez sur une communication simple et, surtout, conservez la performance au centre de votre système de valeurs.

3. Gérez le temps, aussi bien que votre argent

Une réunion improductive ? C’est du temps qui n’est pas alloué à la gestion de vos clients. Logiquement, dans une grande organisation, tout a tendance à devenir plus lent. Mais tout est une question de priorités. Comme le suggère Chris Zook, interrogez-vous sur le temps accordé à vos plus gros clients, à vos meilleurs employés ou encore à travailler sur vos principaux défis. Ensuite, gardez le cap sur ces éléments.

4. Simplifiez la prise de décision
"Un excès de bureaucratie peut être fatal."

La croissance induit aussi une complexité décisionnelle, en ajoutant un nombre plus important de responsables. Un excès de bureaucratie qui peut être fatal. Cartographiez et hiérarchisez les différents types de choix au sein de votre société. L’occasion d’améliorer votre vision des décisions prioritaires, de mieux structurer les parcours décisionnels et de redéfinir le rôle de certaines positions.

5. Veillez à maintenir une communication suffisante et de qualité

Il n’est pas rare que les grandes entreprises soient confrontées à une distorsion de l’information. Trop ou pas assez ? Bonne ou mauvaise ? Lorsque l’écart se creuse entre les niveaux stratégiques et opérationnels, l’équilibre n’est pas toujours facile à trouver. Un conseil : restez au contact de vos équipes et de votre core business !