Gérer au quotidien

18 avril 2018

Le conseil consultatif : un peu du monde extérieur dans l'entreprise


Un entrepreneur doit souvent prendre des décisions importantes dans des domaines qui ne lui sont pas familiers. Dans ce cas, il peut être utile de se faire assister par un conseil consultatif : des conseillers externes au regard objectif et complémentaire.

En bref:
  • Les membres d'un conseil consultatif livrent un regard critique et indépendant sur l'entreprise.
  • Un conseil consultatif est complémentaire aux compétences et à l'expertise dont l'entreprise dispose déjà en interne.
  • Un conseil consultatif est un investissement qui porte ses fruits à long terme.

Les entrepreneurs doivent prendre des décisions dans des domaines aussi divers que les finances, les ressources humaines ou le marketing, pour lesquels une certaine expertise est nécessaire. Les PME ne disposent toutefois pas toujours de cette expertise en interne. « Lors de la création de sa société, l'entrepreneur a recourt à l'expertise d'un comptable et aux compétences d'un notaire. Quand la société grandit, l'entrepreneur va se tourner vers un "véritable ami", en dehors de l'entreprise. Et lorsque l'entreprise entre dans une phase de croissance rapide qu'elle veut mettre à profit pour explorer de nouveaux secteurs, les décisions stratégiques se complexifient davantage et la création d'un conseil consultatif s'impose », explique Marc Deschamps, Managing Director de Exego et professeur invité à Solvay Entrepreneurs et à l'HEC Management School.

Un panel d'experts
Il est important de réunir des expertises variées au sein de ce conseil consultatif

Un conseil consultatif est une réunion organisée dans l'entreprise, sur une base régulière. On y échange des idées, étudie des projets et présente des plans stratégiques. « Les conseils consultatifs sont créés en soutien de la gestion globale de l'entreprise », indique Peter Verschelden, Comptable, Réviseur d'entreprise et CEO de Moore Stephens. 

« C'est la raison pour laquelle il est important de réunir des expertises variées au sein de ce conseil consultatif », précise Conny Vandendriessche, Fondatrice/Managing Director de Stella P et Copropriétaire/Fondatrice de The House of HR. « En travaillant avec des conseillers externes, vous amenez véritablement un peu du monde extérieur dans l'entreprise. Ça vous permet d'avoir un œil critique sur votre organisation. »

Affaires courantes vs affaires urgentes

Tous les domaines de l'entreprise peuvent être discutés au conseil consultatif.

« Une entreprise a sept domaines de gestion stratégiques qui doivent être abordés périodiquement dans un conseil consultatif :

  • le financement
  • la structure organisationnelle
  • la gouvernance
  • les défis technologiques, les besoins et moyens d'information
  • la gestion du personnel
  • les prospects
  • les partenariats stratégiques

Marc Deschamps: « Le Code Buysse III recommande que le conseil consultatif travaille avec la même équipe pendant deux ans. Pendant ces deux ans, chaque domaine stratégique doit être abordé. Les problèmes urgents devront aussi être mis à l'agenda. »

Une vision plus large
Une entreprise intelligente travaille avec un conseil consultatif

Nos trois interlocuteurs s'accordent tous sur l'importance et l'utilité d'un bon conseil consultatif. « Le conseil consultatif aide l'entrepreneur à enlever ses œillères : regarder plus loin, élargir son champ de vision et prendre des décisions à plus long terme », explique Marc Deschamps. « En outre, il apprend à réfléchir aux lacunes de son entreprise. »

« Une entreprise intelligente travaille avec un conseil consultatif », confirme aussi Conny Vandendriessche. « Ce conseil peut être un stimulant pour aborder les choses correctement et éviter les pièges. Les activités sont mieux contrôlées, parce qu'après chaque conseil consultatif, le chef d'entreprise émet un rapport sur les recommandations du conseil consultatif précédent. Les contacts supplémentaires et le réseau plus vaste des conseillers sont aussi des avantages. »

Un réseau interne ou externe ?

Le conseil consultatif est généralement composé de l'équipe de direction, des actionnaires et d'experts externes.

Mais comment l'entrepreneur peut-il composer au mieux son conseil consultatif ?

Tout dépend de ses préférences personnelles. Certaines entreprises préfèrent le faire elles-mêmes, d'autres s'en remettent à un bureau externe. « Il est important que l'expertise des membres externes soit complémentaire à celle des gens en interne », souligne Peter Verschelden. « Essayez de couvrir le plus de domaines d'activité possible. Et choisissez des gens avec une mentalité de terrain et dotés d'une expérience pratique : les petites entreprises sont plus désireuses d'obtenir des résultats et ont moins le temps de s'éterniser sur les choix stratégiques. Ma préférence va au choix d'experts de son propre réseau. Ils ont une certaine affinité avec le secteur et la plupart du temps, ils connaissent bien la culture, les actionnaires et les produits de l'entreprise. »

Conny Vandendriessche est d'avis de privilégier des conseillers externes que l'entreprise ne choisirait pas elle-même. « Nous sélectionnons plus souvent des personnes qui ne viennent justement pas du même secteur. Nous tenons compte des compétences et de l'expertise, mais également de la méthode de travail et de la culture dans un conseil consultatif. La parité entre les sexes et un équilibre entre les cultures et les âges sont importants. »

Pas un conseil d'administration
Un conseil d'administration prend des décisions contraignantes, sous réserve d'arbitrage par l'assemblée générale, tandis qu'un conseil consultatif formule des recommandations

Même si beaucoup d'entreprises en possèdent déjà un, un conseil consultatif peut être une étape pour constituer un conseil d'administration. Il existe néanmoins des différences. « Un conseil d'administration prend des décisions contraignantes, sous réserve d'arbitrage par l'assemblée générale, tandis qu'un conseil consultatif formule des recommandations. »

« Un conseil consultatif n'est pas non plus un organe juridique repris dans le droit des sociétés », intervient Peter Verschelden. « Ce qui y est dit est non contraignant et informel et aucune décision officielle n'y est prise. Il ne peut donc pas être déclaré responsable en cas de violation de lois ou de statuts. »

Un conseil consultatif peut toutefois constituer un tremplin vers un conseil d'administration. « Un entrepreneur n'est pas prêt à accorder facilement à une personne extérieure un droit de vote et un pouvoir décisionnel concernant son entreprise. Mais, si le conseiller externe a instauré la confiance, il pourrait bien décrocher un siège au conseil d'administration », estime Conny Vandendriessche.

Et maintenant ?