Grandir

17 septembre 2019

Liege Airport : pari gagné

Ancien aéroport militaire, Liege Airport a entamé une seconde vie, civile cette fois, dans les années 90. Retour, avec son CEO Luc Partoune, sur les décisions qui ont permis d’assurer une croissance exponentielle.

Le fret plutôt que les charters

Lorsque Luc Partoune arrive à la tête de l’aéroport de Liège en 1994, celui-ci vit une période de grands changements. « Très vite, des études ont confirmé que l’avenir de l’aéroport était dans le fret plutôt que dans les charters », précise notre interlocuteur. Il faut dire que la concurrence sur le segment passagers est particulièrement rude dans la région, avec Zaventem et Charleroi mais aussi Düsseldorf et Cologne. Afin de devenir un acteur important, il a fallu consentir à des investissements substantiels dont la construction de nouveaux entrepôts pour les marchandises et le rachat des terrains militaires.

Un écosystème centré sur les activités de logistique

Le véritable boom de l’activité de transport commence avec l’arrivée du géant TNT, en 1998. Mais cette explosion du nombre de vols, principalement nocturnes, entraîne la nécessité de nouveaux investissements. Il n’était pas question pour Luc Partoune de causer des désagréments aux riverains. « Nous voulions préserver les vols de nuit, qui sont un de nos avantages compétitifs pour accueillir les activités de fret. Notre atout est que nous ne survolons pas la ville de Liège toute proche, ce qui limitait déjà les nuisances. Nous avons chargé des experts de faire une cartographie du bruit. Ils ont déterminé 1 zone où il n’était plus possible d’habiter, et 3 zones où les habitants recevraient une prime à l’isolation. Avec la SOWAER (Société Wallonne des Aéroports), nous avons racheté 2.000 maisons et isolé 10.000 autres logements. » Tous les terrains rachetés aux habitants et aux militaires ont progressivement été reconvertis en zone économique. « L’idée était de mettre en place les conditions de création d’un écosystème centré sur les activités de logistique : entrepôts, entreprises de transport, de gardiennage, de manutention…

Une offre intégrée au service de l’e-commerce

Aujourd’hui, cet écosystème logistique est devenu une réalité. « Le fait d’avoir racheté tous ces terrains il y a 25 ans était un pari un peu fou, mais nous en retirons aujourd’hui les bénéfices », se réjouit Luc Partoune. « Pour servir l’e-commerce, par exemple, il faut à la fois pouvoir accueillir les gros porteurs en provenance des pays producteurs, et aussi proposer à nos clients la possibilité de construire ou de louer des entrepôts, des unités de transbordement vers des avions plus petits ou des camions, voire des camionnettes pour le fameux ‘last mile’, crucial dans ce secteur. »

Investir dans les niches

Outre l’e-commerce, qui est son développement le plus récent, Liege Airport poursuit depuis 25 ans une stratégie d’identification de niches où il est possible de créer de la valeur ajoutée. Ces niches historiques sont au nombre de cinq :

  • Le fret express qui se base sur le hub (centre de tri) de FEDEX/TNT et qui permet de livrer les colis et les marchandises partout en Europe en un temps record ;
  • les fleurs coupées, pour lesquelles Liege Airport sert de hub européen à Ethiopian Airlines, qui gère l’essentiel du transport de ces fleurs depuis l’Ethiopie, un des plus gros producteurs ;
  • les produits frais, qui, comme les fleurs, nécessitent un traitement rapide et une infrastructure réfrigérée ;
  • les produits pharmaceutiques, biologiques et médicaux ;
  • le transport de chevaux de compétition vers les lieux où ces compétitions sont organisées, qui est une activité très délicate, à haute valeur ajoutée. Il s’agit d’un marché gigantesque dans lequel l’aéroport a largement investi afin d’en devenir l’un des acteurs incontournables. Un « hôtel pour chevaux » de 60 boxes luxueux héberge ses hôtes en attente de leur transbordement dans des avions spécialement conçus pour le transport équestre. Aujourd’hui, plus de 5.000 chevaux transitent par l’aéroport. 

Nouvel essor chinois

Aujourd’hui, l’activité d’e-commerce prend un nouvel essor suite à l’accord conclu avec le géant chinois AliBaba. « Nous sommes devenus leur hub aérien pour l’Europe », se réjouit le CEO de Liege Airport. « Que ce soit pour l’e-commerce existant, les fleurs, les légumes ou les chevaux, nous avons misé sur les opérations qui nécessitent à la fois beaucoup de rapidité et de technicité. Notre expérience, tout comme notre capacité à travailler 24 heures sur 24 a certainement pesé dans la balance. 

Stratégies gagnantes

  • Collaboration stratégique avec les douanes : l’orientation choisie par le SPF Finances pour donner un coup de pouce aux entreprises logistiques est passée relativement inaperçue. Elle s’est pourtant avérée cruciale lors des négociations avec Alibaba, car elle a permis de faire pencher la balance en faveur de la Belgique.
  • Dédouanement express : le coût du travail de nuit est un inconvénient pour la Belgique par rapport aux pays voisins. Pour renverser la vapeur, le SPF Finances a pris une décision essentielle : investir et adapter la réglementation afin de permettre le dédouanement rapide d’un nombre important de produits dans les hubs logistiques comme Liege Airport. 
  • Vision stratégique : au-delà du « quick business », des réussites faciles, la clé du succès est d’avoir une vraie vision à long terme.
  • Se donner les moyens de ses ambitions : le pari de racheter les maisons s’est avéré payant grâce à une vraie vision stratégique.
  • Oser l’internationalisation : l’économie et le commerce sont mondialisés, votre croissance passe donc par un développement international. Pour réussir, vous devez aller là où les choses se passent. Et si c’est à l’autre bout du monde, allez-y malgré tout. 


Vous vous intéressez aux solutions durables et innovantes pour votre entreprise ?

Prenez contact avec votre interlocuteur ING ou votre Innovation Banker dans votre région.