Imec
Innovation

4 novembre 2016

imec : une entreprise innovante

"D’ici 10 ans, chaque individu connaîtra son ADN. Et demain, nous posséderons tous notre laboratoire d’analyses médicales personnel. La technologie transforme nos vies. Chez imec, nous développons les nanotechnologies de demain."

La technologie transforme nos vies

La création d‘imec remonte à 1986. Depuis, les microprocesseurs sont devenus 1.000 fois plus petits, 350.000 fois plus rapides et leur prix a été divisé par 100 millions. Filip Merckx illustre son propos au moyen de nombreux exemples. "En 1970, stocker 1 megabyte coûtait 1 million de dollars. Actuellement, 1 megabyte vaut cinq millièmes de dollar. Aujourd’hui, il est possible d’intégrer des capteurs dans n’importe quel élément et de tout mesurer en temps réel. La révolution informatique va désormais envahir les sciences de la vie. D’ici 10 ans, chaque individu connaîtra son propre ADN. La technologie va définitivement transformer nos vies." déclare en souriant Filip Merckx, directeur financier de l’entreprise.

"Chez imec, les portes s’ouvrent à contresens. Une manière pour l’entreprise de tester l’aptitude au changement des nouveaux collaborateurs". Il ne faut pas tirer les portes, mais les pousser. À l’instar des chercheurs d’imec dont les découvertes font évoluer le monde. Dans la tour imec à Louvain, la 'salle blanche' ('cleanroom') forme le centre névralgique d’imec, avec ses chercheurs en combinaison qui travaillent dur pour l’avenir Dans ce dédale de couloirs sont entreposés pour 1,3 milliard d’euros d’équipements et de matériel.

Une technologie avancée

"Notre laboratoire de recherche de pointe figure parmi les plus performants au monde. Il s’agit d’une véritable usine à recherche", ajoute Filip Merckx. La technologie avancée d‘imec attire des chercheurs du monde entier. "Les gens trouvent chez nous des opportunités à nulle autre pareilles". Depuis la fusion avec l’institut de recherche numérique iMinds, imec compte quelque 1.700 salariés. Sans compter les 1.900 chercheurs et doctorants appartenant à une entreprise technologique ou à une université et qui viennent chez imec afin d’effectuer des recherches en commun. Au total, l’entreprise accueille 71 nationalités.

La mission d’imec

"Notre mission est de rendre service à la société et aux entreprises", poursuit Filip Merckx. "Nous cherchons des solutions destinées à façonner une société durable. Nous utilisons la technologie de la micropuce dans le domaine de la santé, de la mobilité, de l’énergie durable et du bien-être. Nous développons notamment une technologie qui, dans le futur, permettra de diagnostiquer le cancer de manière plus précoce et plus sûre. Nous recherchons également des moyens permettant de traiter ce type de maladies de manière plus efficace et moins onéreuse. Nous planchons en outre sur les cellules photovoltaïques du futur, sur l’amélioration de la voiture autonome, ainsi que sur le développement de la ville intelligente. En réalité, imec n’est pas une entreprise commerciale, mais une entreprise basée sur la recherche. Notre expertise attire les investisseurs. Des entreprises étrangères s’installent à Louvain afin d‘être au plus près de notre département Recherche & Développement".

Pour Samsung, imec a notamment mis au point une puce embarquant des capteurs destinés à mesurer tout un ensemble de données médicales. La puce est le cœur d’un nouvel appareil médical portable capable de surveiller votre santé.

"Pour l’industrie pharmaceutique, il est primordial de savoir comment des cellules spécifiques réagissent aux médicaments. À l’heure actuelle, la chimiothérapie conventionnelle et l’antibiothérapie à large spectre reviennent à tuer un moustique au lance-flamme."
L’innovation de rupture

Qu’en est-il de l’impact des technologies de rupture ? Celles-ci risquent-elles de rendre un certain nombre d’emplois inutiles ou obsolètes ? Et l’industrie pharmaceutique est-elle ravie de ces avancées technologiques qui, peut-être, rendront les traitements médicamenteux inutiles à l’avenir ? À chacune de ces questions, la réponse est : 'oui'. "Si une technologie détruit un emploi inutile, elle crée les conditions d’un nouvel emploi", ajoute Filip Merckx. "L’innovation de rupture va simplement permettre de créer un autre type d’emplois. Et la notion de valeur sera également différente de celle d’aujourd’hui. Il y a 100 ans, il n’était pas question d’économie des loisirs. Aujourd’hui, elle a le vent en poupe."

Les hypothèses émises jadis par imec en matière de technologie se sont-elles révélées exactes ? "Nous établissons la feuille de route nous-mêmes, en collaboration avec l’industrie. Une manière pour cette dernière d’anticiper ce que sera la puce dans sept ou dix ans. Nous nous projetons donc dans un avenir relativement lointain."

En savoir plus ?

Quels sont les facteurs les plus importants dans le succès des entreprises de rupture ?

Découvrez les réponses de Philippe Bergez, responsable de l’ING FinTech Village.

Philippe Bergez explique la technologie de rupture


Trouvez de l’inspiration lors d’un des nombreux événements que nous organisons ou soutenons ! Plus d’info sur ing.be/businessevents