Innovation

6 décembre 2021

Injectis pionnière dans l’assainissement des sols dits intraitables

Injectis, basée à Waregem, a mis au point une technologie pionnière pour assainir plus efficacement les sols contaminés. Son fondateur Jeroen Vandenbruwane, à la tête d’Injectis depuis novembre 2014, nous raconte son histoire.

La faune et la flore, et notre santé dépende d’une bonne qualité des sols. Il existe des solutions pour protéger cette qualité. Outre l’excavation et le traitement, on peut également assainir les sols sur place. 

Injectis rend l’assainissement des sols plus efficace

Dans l’assainissement sur site, on recourt souvent à la technologie direct push (DPT). On injecte un produit assainissant via une tige. Cette méthode est intéressante, mais elle a ses inconvénients. « Cela diminue la perméabilité du sol et la force considérable nécessaire à l’enfoncement des tiges dans le sol peut provoquer une fracturation du sol et une remontée à la surface du produit d’injection », explique Jeroen Vandenbruwane d’Injectis.

La technologie d’injection SPIN® développée par Injectis a pour but d’éliminer ces inconvénients. Grâce à cette méthode, les produits d’injection sont distribués dans le sol de manière plus homogène, plus ciblée et donc plus efficace, car la terre n’est pas altérée ni compactée au point d’injection. De telle manière, Injectis est capable de traiter des sols réputés intraitables par injection.

En 2018, Injectis a assuré son avenir dans ce secteur en déposant avec succès un brevet belge pour sa technologie d'injection SPIN®. Afin de commercialiser sa technologie à l'étranger, Injectis a également déposé une demande de brevets européen et américain, ce dernier lui a d’ailleurs déjà été accordé.  

« Qui dit durabilité, dit efficacité, et efficacité signifie réduction des coûts et donc plus de profit. » - Jeroen Vandenbruwaene - Injectis

« Qui dit durabilité, dit efficacité, et efficacité signifie réduction des coûts et donc plus de profit. » - Jeroen Vandenbruwaene - Injectis

Qui est Jeroen Vandenbruwane ?

Jeroen Vandenbruwane est docteur en bio-ingénierie de l'Université de Gand. Après 7 ans de gestion de projets auprès d’un expert reconnu en assainissement des sols en Flandre, Jeroen décide de s'aventurer à l'autre bout du spectre en créant sa propre entreprise.

En 2015, Jeroen innove en proposant sa propre technologie d'injection : SPIN. Cette méthode ouvre une nouvelle voie dans l'assainissement rentable des sols difficiles ou qualifiés d’intraitables

Entreprendre de manière durable : plus que de l'écologie

Selon Jeroen, la durabilité ne concerne pas seulement les matériaux et les technologies, mais aussi les individus : les clients, les fournisseurs, les sous-traitants et les employés. Au sein d'Injectis, aucune hiérarchie stricte. Les employés bénéficient d’une grande autonomie et de beaucoup de flexibilité. Chacun y assume la responsabilité de son rôle dans la chaîne. « Travailler efficacement c’est travailler dur certains jours, et se détendre d’autres jours pour s’octroyer suffisamment de moments de qualité », estime Jeroen.

Comment Jeroen pourrait-il convaincre les autres de se mettre au vert ? « Les personnes qui ne sont pas convaincues par l'idéologie finiront par être convaincues par les aspects financiers », selon Jeroen. « Qui dit durabilité, dit efficacité, et efficacité signifie réduction des coûts et donc plus de profit. » 

Partenaire fiable

L'une des personnes avec lesquelles Jeroen aime travailler est Cindy, l'ING Business Banker d'Injectis. « Dès le début, la relation avec Cindy a été très bonne. Nous avons des contacts réguliers, indépendamment de toute demande de crédit. Par exemple, il nous arrive de revoir ensemble les chiffres financiers », explique Jeroen.

« J’ai participé à un événement organisé par ING tout spécialement à l’attention des starters, où les entrepreneurs débutants pouvaient échanger leurs expériences et partager leurs trucs et astuces. Depuis lors, ING et Injectis sont devenus des partenaires de confiance, nous avons pu réaliser les investissements nécessaires grâce au capital obtenu ».