Innovation

1 mars 2021

Konings, une entreprise qui a de la bouteille

Si certaines entreprises attirent l’attention. D’autres sont plus discrètes, alors que tout le monde utilise leurs produits. C’est le cas de la limbourgeoise Konings, spécialisée dans l’emballage et l’embouteillage de boissons alcoolisées ou non.

Business Impulse a rencontré Joris Brams, le CEO de Konings nv et Dirk Maris, l’un de ses actionnaires.

L’innovation comme moteur de croissance

La croissance de Konings repose, depuis sa reprise en 2007 par les actionnaires actuels, sur l’innovation et une offre très compétitive de nouveaux produits. « Nous essayons toujours d’être à la pointe en matière de produits ou d’emballages plus respectueux de l’environnement. La plupart de nos lignes incorporent de nouvelles technologies que les grands acteurs n’ont pas encore intégrées. Ils viennent chez nous pour les tester et faire leurs premières expériences. »

« Nous sommes attentifs aux tendances de consommation aussi bien que d’emballage. Notre département R&D occupe une position centrale. Grâce à notre expérience, nous développons même des boissons de A à Z pour les marques. »

La durabilité est centrale chez Konings

« Nos canettes sont presque entièrement recyclables. Nous avons aussi - grâce à de très importants investissements - anticipé la demande du marché pour une alternative plus durable au film plastique d’emballage. Aujourd’hui, nous emballons les canettes dans du carton. Nous investissons dans l’énergie solaire ainsi que dans le traitement et la limitation de production des eaux usées. »

« Notre défi : limiter notre consommation d’énergie d’année en année, malgré notre croissance. Nous y arrivons en améliorant drastiquement l’utilisation de l’énergie dans nos processus de production. »

75ème anniversaire cette année

Née juste après la 2ème guerre mondiale, l’entreprise alors dirigée par la famille Konings a commencé dans la distillation de genièvre, puis a progressivement investi dans la production de jus de fruits et de cidre, le tout sous ses propres marques.

Depuis 2007 et un Management Buy Out, l’offre de Konings a été rationnalisée. Les marques propres ont été vendues. L’entreprise se présente aujourd’hui comme un embouteilleur/emballeur et producteur de boissons pour le compte des grandes marques.

Dans le frigo de chaque Belge

Boissons avec ou sans alcool, jus de fruits, bières, limonades, cidre, thé, boissons énergétiques…en bouteilles en verre ou en plastique, en canettes, en cartons… Chaque Belge ou presque a une boisson embouteillée par Konings dans son frigo.

L’indépendance est une force

Konings a un portefeuille de clients bien diversifié et réparti sur l’ensemble des sites. « Nous ne sommes pas dépendants d’une marque spécifique. C’est d’ailleurs ce que recherchent les marques. Elles souhaitent de plus en plus se concentrer sur ce qu’elles savent faire : le branding, le marketing et la commercialisation. Elles préfèrent sous-traiter les opérations complexes. »

« Nous pouvons aussi répondre plus souplement aux fluctuations de la demande en répartissant la production de différentes boissons sur nos lignes. C’est aussi la raison pour laquelle de grandes marques internationales nous ont cédé deux usines d’emballage qu’elles pouvaient difficilement rentabiliser. »

Une énorme croissance en 2020

Le premier confinement au printemps 2020 a d’abord donné lieu a un arrêt brutal, très vite compensé par une hausse de la consommation des particuliers. Ensuite, l’été 2020 a connu une consommation extraordinaire, non seulement chez les particuliers, mais aussi dans l’horeca.

« Nous avons gagné de nouveaux clients et nous avons dû faire face à des modifications de consommation. Les canettes, par exemple, ont connu une croissance phénoménale, due à l’augmentation de la consommation privée. C’est là que notre flexibilité est entrée en jeu et s’est montrée la plus appréciable pour nos clients. »

« Konings exporte la plus grande partie de sa production, aussi bien en Europe qu’hors Europe »

Brexit

Konings est bien protégée des deux côtés des frontières. « Nous avons des unités de production au Royaume-Uni et sur le continent. Les exportateurs britanniques peuvent compter sur nos lignes sur le continent, tandis que les exportateurs européens vers le R-U font appel à notre usine locale. »

« Nous avons constaté quelques ralentissements mais rien de dramatique. Bien entendu, tout ce qui fait obstacle à la libre circulation n’aide pas. Konings exporte la plus grande partie de sa production, aussi bien en Europe qu’hors Europe. »

Covid-19

Konings dispose naturellement de grandes quantités d’alcool dans ses unités de production. Au début de la crise, le gel hydroalcoolique dans les centres de soins était manquant. Nous avons donc rapidement décidé d’en produire et de le mettre à disposition à prix coûtant. Cela a eu un impact très positif pour l’entreprise. Tout le personnel était prêt à venir aider, à tel point que le taux d’absentéisme en avril 2020 était plus faible que le taux de l’année précédente.

« Konings est persuadée de la croissance à venir et du succès de son modèle »

Investir en temps de crise

Konings a inauguré une nouvelle ligne en plein pendant le confinement du printemps 2020. Il s’agissait d’un investissement de 20 millions d’euros. « Nous avons aussi pris le pari, pendant la crise, d’investir encore 30 millions d’euros supplémentaires pour ouvrir une nouvelle ligne au printemps de cette année-ci. C’est un risque mesuré. Konings est persuadée de la croissance à venir et du succès de son modèle. »

En savoir plus ?