Gérer les risques

27 décembre 2017

Brexit : couvrez-vous contre les risques de change

Les incertitudes qui continuent à entourer la mise en œuvre concrète du Brexit pèsent très nettement sur le cours de la livre sterling. Bien qu'une protection contre les risques de change soit parfaitement envisageable, seule une minorité de PME en prend l'initiative. Voici quelles sont les possibilités et quels sont les cas dans lesquels une couverture est appropriée.

Comment vous protéger

De nombreux instruments sont heureusement à votre disposition pour vous protéger contre une perte de change. La méthode la plus courante est celle du contrat à terme, dont le principe de fonctionnement est le suivant :

  • Supposons que vous obteniez le paiement de vos livraisons en livres sterling dans trois mois ; dans ce cas, vous avez la faculté de conclure une convention avec votre banque aux termes de laquelle vous vendez une certaine quantité de livres sterling à une date précise à un cours déterminé.
  • Le cours figurant dans le contrat à terme est déterminé sur la base du cours de change au comptant et les points de swap, c'est-à-dire le différentiel de taux entre la livre sterling et l'euro au moment où vous concluez le contrat à terme.
  • À la date d'échéance, vous vendez les livres que vous recevez au cours de change à terme qui est stipulé dans le contrat à terme, quel que soit le taux de change de la livre sterling à ce moment-là. Avantage : vous n'avez pas à vous soucier d'une baisse de la livre sterling entre la date de la couverture et le moment du paiement. Revers de la médaille : un contrat à terme ne vous permet pas de bénéficier d'un possible redressement de la livre au cours de cette même période.
Notre conseil

Le contrat à terme est l'instrument le plus courant de protection contre les risques de change, mais il n'est pas le seul. Votre banquier peut vous proposer la solution qui correspond le mieux à votre situation spécifique.

Couverture ou non ?

Une couverture contre les risques de change est-elle indispensable pour tous les exportateurs qui font actuellement commerce avec le Royaume-Uni ? La réponse est non. De plus, certaines entreprises prennent le risque bien considéré de ne pas se couvrir. Tenez compte des facteurs suivants pour vous décider :

L'importance de votre marge bénéficiaire

Les marges bénéficiaires peuvent varier sensiblement d'un secteur à l'autre. Les commerçants dont la marge bénéficiaire est faible voient fondre leur rentabilité comme neige au soleil en cas de baisse du cours de change de 5 ou 10 %. Mais si votre marge est d'environ 30 % par exemple, vous pouvez facilement ‘digérer' une fluctuation de cet ordre de grandeur.

Votre volume d'affaires en livres sterling

Dans combien de monnaies courez-vous un risque ? Et quelle est la part de votre chiffre d'affaires en livres sterling dans votre chiffre d'affaires global ? Plus cette part est grande, plus la chute du cours de cette monnaie pèsera dans le résultat d'une transaction commerciale. Bref, mieux vous protéger dans ce cas précis.

La durée de la phase de l'offre

Si une longue période s'écoule entre la date de votre offre et la signature du contrat, vous êtes exposé aux risques de change durant cette longue période. En outre, durant la phase de l'offre, il vaut mieux ne pas se couvrir par un contrat à terme. Vous êtes en effet engagé par ce contrat, même si cela n'aboutit pas à la conclusion d'une vente avec votre client. Dans ce cas, choisissez une option, qui vous protège – moyennant le paiement d'une prime - contre une évolution défavorable des cours, mais vous conservez le droit d'y renoncer si le contrat de vente n'est pas conclu.

Les délais de paiement

Si vos clients bénéficient de larges conditions de paiement ou si vous leur accordez parfois un sursis de paiement, votre entreprise sera exposée beaucoup plus longtemps à d'éventuelles fluctuations du cours de la monnaie que lorsque ce délai est très court.

La durée du contrat

Si vous concluez des contrats de vente sur le long terme, n'hésitez pas à demander les conseils de votre banque. Les contrats d'achat impliquent que tout achat certain nécessite une stratégie de taux de change différente de celle d'achats potentiels. Une couverture partielle peut dans ce cas être considérée valablement.

La stratégie de vos concurrents

Imaginons que vous optiez pour une couverture, mais vos concurrents ne le font pas. Votre concurrent bénéficiera alors d'une hausse de la livre sterling pendant la durée de votre contrat à terme. En revanche, en cas de recul de cette devise, c'est vous qui bénéficiez d'un avantage concurrentiel.

Demandez conseil à votre banque

Si vous réalisez un chiffre d'affaires important en livres sterling et que vous êtes exposé durant une longue période à des fluctuations du cours des devises, prenez sans tarder contact avec votre banquier. Il effectuera avec vous une analyse adaptée à votre situation et calculera la différence entre un contrat en euros et un contrat en livres sterling avec couverture. Cela vous permet de créer une réserve pour faire face à des fluctuations de change défavorables, et vous évitez ainsi de compromettre la rentabilité de vos exportations vers le Royaume-Uni en raison d'une baisse du cours de la livre sterling.

Pour en savoir plus

Vous avez d’autres questions sur les conséquences du Brexit ou vous souhaitez savoir quelle solution est la mieux adaptée à votre entreprise ?