Gérer les risques

7 mai 2020

Coronavirus : quelles priorités pour votre entreprise ?

Le coronavirus a mis bon nombre d’entrepreneurs en difficulté. Comment les entreprises se relèveront-elles ? Comment transformer la crise en opportunité ? Comment envisager la suite, alors que rien ne sera plus comme avant ? Aperçu des priorités.

1. La sécurité avant tout

Face au coronavirus, la priorité absolue est de garantir la santé et la sécurité des entrepreneurs, des salariés, des clients et de toutes les parties concernées. Le site du Service public fédéral recense et actualise les informations relatives aux mesures de prévention et à leur impact en matière de droit du travail.

2. L’impact économique

La crise générée par la pandémie de coronavirus impacte lourdement les finances des entreprises. Afin de créer une marge de manœuvre pour les organisations dans la tourmente, les pouvoirs publics ont pris une série de mesures de soutien. Hélas, dans bien des cas, ces initiatives ne peuvent pas constituer une solution à long terme au cas où le virus persisterait, progresserait ou deviendrait saisonnier.

Les entrepreneurs ayant subi une brusque chute de leur chiffre d’affaires sont confrontés à des problèmes de trésorerie. Quelques conseils pratiques : 

  • Analysez attentivement vos chiffres et effectuez un état prévisionnel. À combien s’élèvent vos frais fixes et variables pour les mois et les trimestres à venir ? Quels revenus comptez-vous générer ? À combien se montent vos réserves ? 
  • Étudiez la possibilité de renforcer votre trésorerie, par exemple en réduisant les dépenses non essentielles, en négociant avec votre bailleur et/ou vos fournisseurs, etc.
  • Élaborez divers scénarios et appliquez-les à votre situation financière : un scénario catastrophe (confinements à répétition, clients insolvables, problèmes logistiques…), un scénario neutre (normalisation progressive de l’économie) et un scénario positif (normalisation rapide et relance des activités). 
  • Afin d’éviter les réactions en chaîne, veillez à honorer vos obligations financières. Si vous omettez de payer un fournisseur, celui-ci ne sera pas en mesure de faire face à ses propres engagements, et ainsi de suite. 
  • Si vous ne possédez aucune marge de manœuvre, prenez contact avec votre créancier afin de trouver ensemble une solution (par exemple, un report de paiement de quelques semaines, voire de quelques mois). Ceci est valable dans les deux sens : si c’est vous qui vous trouvez dans la peau d’un créancier, faites preuve de souplesse et de mansuétude. 
  • Si votre trésorerie est mise à mal, vérifiez si vous pouvez bénéficier des mesures de soutien octroyées par les différentes autorités. Ces mesures sont susceptibles d’être adaptées ou prorogées. Consultez les mises à jour régulières (Flandre, Wallonie, Bruxelles).
  • En savoir plus à propos du report de paiement des crédits aux entreprises
  • En savoir plus à propos du programme de garantie d’État pour les nouveaux crédits aux entreprises

3. Continuité

La crise du coronavirus a pris de court un grand nombre d’entrepreneurs qui, face à la soudaineté et à l’ampleur du phénomène, n’ont pas eu le temps de réagir. Qu’il s’agisse d’entreprises unipersonnelles ou de PME, les entrepreneurs sont amenés à prendre dans l’urgence des décisions qui, en temps normal, nécessiteraient des mois, voire des années de réflexion.

Afin de garantir, dans la mesure du possible, la continuité de votre activité, nous vous conseillons de vous poser un certain nombre de questions :

  • Quels clients souhaitez-vous conserver et servir quoi qu’il advienne ? D’un point de vue strictement stratégique ou économique, quels sont les clients dont vous ne pouvez vous passer ? Et êtes-vous en mesure de les privilégier ?
  • À court ou à long terme, vous attendez-vous à un accroissement ou, au contraire, à une diminution de la demande concernant vos produits ou vos services ? Comment anticiper la situation en termes de gestion des stocks et de ressources humaines ?
  • Quel est votre degré de dépendance par rapport à certains fournisseurs ? Possédez-vous suffisamment d’alternatives ?
  • À quelles obligations devez-vous faire face ? Quelles sont les conséquences contractuelles du non-respect éventuel de vos obligations ?
  • Comment vous tenir au courant de l’évolution des marchés dans votre domaine d’activité ? Comment éviter de naviguer à vue, tout en suivant de près les opportunités ?
  • Avez-vous prévu différents scénarios, ainsi qu’un plan d’action adapté à l’évolution de la situation (aggravation, amélioration ou statu quo) ?  
  • Quelles circonstances pourraient entraver un redémarrage des activités ? Le fait que certains salariés n’ont pas la possibilité de faire garder leurs enfants ? L’impossibilité de se rendre au travail en transports en commun ? Le manque de moyens de protection ?
  • Disposez-vous d’un réseau de collègues ou de professionnels pour confronter vos points de vue, discuter des défis, etc ?
  • ...

L’une des conséquences de la pandémie est le surcroît de temps libre. Profitez-en pour jeter un regard critique sur vos procédures et pour les optimiser. Quelles initiatives permettraient d’organiser plus efficacement la semaine de travail ? Quels enseignements pouvez-vous tirer des méthodes de vos concurrents en la matière ? Quels produits et/ou services génèrent la meilleure et la moins bonne marge ? Et comment améliorer et parfaire ces deux paramètres ? 

4. Créativité

Un grand nombre d’inventions et de découvertes sont nées pendant ou à la suite d’une crise. Tel est notamment le cas des bombes aérosols et du ruban adhésif, apparus pendant la Seconde Guerre mondiale, ou du GPS et d’internet, deux purs produits de la Guerre Froide. Il ne fait aucun doute que la crise actuelle apportera son lot d’innovations. Même si, aujourd’hui, c’est principalement le risque qui prévaut, toute crise comporte des opportunités et génère des perspectives. À quels problèmes sera confrontée votre activité une fois la crise terminée ? Et comment être prêt(e) à y faire face ? Comme le dit un dicton anglais attribué, probablement à tort, à Winston Churchill : Never let a good crisis go to waste! (littéralement : Il ne faut jamais gaspiller une bonne crise !).

Pour sortir de notre zone de confort et faire bouger les lignes, nous avons souvent besoin d’être confrontés à une catastrophe. Une crise telle que celle que nous traversons est susceptible de galvaniser l’entrepreneur qui sommeille en vous. Profitez de ces temps tourmentés pour montrer à vos clients et vos prospects ce dont vous êtes capable. Même si elles sont fermées à cause du confinement, les entreprises qui font preuve de créativité sortiront grandies de la crise. LinkedIn, les sites des organisations professionnelles et la toile dans son ensemble regorgent d’initiatives entrepreneuriales plus créatives et louables les unes que les autres.

Quelques exemples :

  • L’union des entrepreneurs indépendants (Unizo) énumère un certain nombre de conseils à destination du secteur horeca, du commerce de détail et des travailleurs freelance (site en néerlandais)
  • La plateforme « 1819 », le service régional d’information et d’orientation des entrepreneurs, concentre un grand nombre de renseignements utiles concernant l’impact du coronavirus sur l’économie bruxelloise et les mesures d’aide
  • L’Union des Classes Moyennes (UCM), la principale organisation patronale francophone engagée dans la défense des indépendants et des entreprises, vous invite à découvrir sa rubrique consacrée au coronavirus. 

5. Communication

Afin de maintenir de bonnes relations avec vos clients, vos fournisseurs, vos salariés, ainsi que d’autres parties concernées, il est essentiel d’adopter une stratégie de communication franche et honnête. Réfléchissez à la teneur et au ton des messages que vous souhaitez faire passer. Si, pour beaucoup d’entre nous, la crise actuelle est synonyme d’hémorragie financière, il s’agit également d’un drame humain et social. Il faut donc trouver le juste milieu entre optimisme à outrance et défaitisme.

Plus la situation est critique, plus les propos rassurants ont du mal à être entendus. Il convient de trouver le bon équilibre entre analyse factuelle et émotion, sans tomber dans la sensiblerie ni dans les discours alarmistes. Par votre prise de parole, vous devez créer de l’empathie. Il suffit parfois d’un message simple (« Soyons solidaires » ou « Comment allez-vous aujourd’hui ? ») pour mettre du baume au cœur de vos interlocuteurs.

Ajouter de l’humain à votre communication vous permettra de maintenir la connexion indispensable avec les différentes parties prenantes. Faites preuve de sollicitude. Un petit mot amical, un message bienveillant, une vidéo comme vecteur de communication… sont autant d’initiatives réconfortantes. Une entreprise orientée clients a pour objectif de transformer ses clients satisfaits en inconditionnels. Accessibilité et disponibilité, tels sont les maîtres-mots d’une organisation soucieuse de la satisfaction et du bien-être de sa clientèle. 

6. Marketing

La crise générée par le coronavirus oblige les entrepreneurs à reconsidérer leur stratégie commerciale. Explication.

Priorité à l’humain

Animés par la peur, de nombreux clients dépensent leur argent avec parcimonie. Plus que jamais, l’humain prend le pas sur le marché. D’où la nécessité d’éviter les stratégies de marketing et les actions commerciales trop agressives.

Valeurs fondamentales

La crise du coronavirus représente un formidable test pour les entreprises désireuses de démontrer l’authenticité de leurs valeurs. Alors qu’en temps normal, ces valeurs renvoient à des poncifs d’une banalité affligeante, elles sont plus que jamais nécessaires. Pour votre entreprise, la pandémie est l’occasion de préciser où elle se situe exactement en termes de valeurs.

Les clients recherchent la confiance et la sécurité. Dans cette optique, les entreprises ont un rôle essentiel à jouer en matière de fiabilité, de perspectives et de responsabilité.

Opportunités

À l’heure de la « distanciation sociale », les outils de communication numériques jouent un rôle capital dans la manière de promouvoir vos produits et/ou services. Adaptez votre message à la situation présente. En raison du confinement, les gens disposent de plus de temps pour consulter votre contenu, alors que, sur de nombreuses plateformes, l’achat d’espaces publicitaires en ligne est en chute libre. 

Plus d'info?