Starters

Starter ? Tirez un avantage fiscal de vos versements anticipés

Bien que vous ne soyez pas tenu d'effectuer des versements anticipés en tant qu’indépendant débutant ou profession libérale, vous pouvez en retirer un avantage fiscal. Découvrez comment cela fonctionne.

Que vous soyez salarié, fonctionnaire ou indépendant, vous devez payer des impôts sur vos revenus. Pour les salariés et les fonctionnaires, ils sont retenus (en partie) mensuellement sur le salaire. Pour les indépendants, c'est une autre histoire. En effet, il est plus difficile de savoir exactement combien vous allez gagner chaque mois. Toutefois, vous pouvez déjà payer des impôts durant l'année en cours, sans attendre la fin de l'exercice (et payer ensuite le montant total en une seule fois).

En principe, en tant qu'indépendant, vous payez quatre fois par an une partie des impôts dont vous pensez être redevable pour cette année. Vous estimez le montant des versements anticipés sur la base des bénéfices que vous prévoyez de réaliser pendant l'année en cours. 

Que sont les versements anticipés et quelles sont les options dont vous disposez ? Découvrez-le dans cet article.

Effectuer des versements anticipés en tant que starter

Toutefois, si vous démarrez pour la première fois une activité indépendante à titre principal, vous ne devez pas effectuer de versements anticipés pendant les trois premiers exercices. Vous ne risquez pas non plus de subir une majoration d'impôt pour absence de versements anticipés. Pourtant, nombreux starters effectuent des versements anticipés. Il y a une bonne raison à cela.

En effet, les indépendants débutants en personne physique et les professions libérales (cela ne s’applique donc pas aux petites entreprises) peuvent bénéficier d'une réduction d'impôt les trois premières années s'ils ont effectué des versements anticipés suffisants. En d'autres termes, en effectuant suffisamment de versements anticipés, vous bénéficiez au final d'une réduction sur vos impôts.

Pour l'année d'imposition 2022 (revenus 2021), le montant de cette réduction d'impôt est égal à la somme de :

  • Montant du 1er versement anticipé x 1,50 %.
  • Montant du 2e versement anticipé x 1,25 %.
  • Montant du 3e versement anticipé x 1 %.
  • Montant du 4e versement anticipé x 0,75 %.

Pour avoir droit à la réduction (également appelée bonification), vous devez avoir déjà versé anticipativement 106% de votre impôt final dû. En d'autres termes, vous devez avoir déjà versé « trop » d'impôts anticipativement.

Il est préférable d'effectuer le plus grand nombre possible de versements anticipés au cours du premier trimestre, car c'est celui qui procure l’avantage fiscal le plus élevé. Bon à savoir : la bonification s'applique non seulement pendant les trois premières années, mais aussi par la suite. Et si vous effectuez plus de versements anticipés que nécessaire pour éviter la majoration d'impôt, vous récupérerez bien sûr l'excédent.

Que faire si vous n'avez pas assez de fonds pour les versements anticipés ?

Vous êtes peut-être déjà convaincu que les paiements anticipés sont une idée intéressante ? Mais vous préférez ne pas puiser dans vos fonds propres ou vous ne disposez pas temporairement des ressources ? Dans ce cas, un un contrat de financement peut être la solution. Avec un tel contrat, votre banque finance les versements anticipés pour vous. C’est intéressant à plus d’un titre.

  • Tout d'abord, parce que vous pouvez déduire les intérêts de vos impôts.
  • Ensuite, parce que cela réduit votre charge administrative : ING effectue directement le virement du montant à l’administration fiscale, sans que vous ayez à faire quoi que ce soit. Et plus tôt dans l'année vous remboursez le crédit, plus le taux d'intérêt est bas.

Laissez ING verser vos anticipés d'impôts