Starters

1 décembre 2017

Joris Van Der Gucht, PDG de Silverfin, privilégie le chiffre d'affaires

L'entreprise gantoise Silverfin propose aux comptables et aux consultants financiers une plateforme numérique permettant d'automatiser l'analyse des données, la vérification de la conformité et la création de rapports financiers. Fondée fin 2013, cette start-up technologique compte désormais plus de cinquante collaborateurs actifs dans différents pays. Lors de l'ING Inspiration Tour, Joris Van Der Gucht, le PDG de Silverfin, expliquait la réussite de l'entreprise en ces termes : « D'emblée, nous avons privilégié le chiffre d'affaires, ce qui a contribué à convaincre les investisseurs ». Une success story basée sur l'innovation de rupture, la priorité donnée au chiffre d'affaires et un réseau de collaborateurs efficaces.

Silverfin est une plateforme comptable permettant d'automatiser dans une large mesure le suivi des dossiers et la création de rapports financiers. La solution offre aux comptables et aux consultants financiers un gain de temps considérable qu'ils peuvent mettre à profit pour mieux servir et conseiller leurs clients.
« Traditionnellement, le secteur de la comptabilité exige énormément de réactivité », explique Joris Van Der Gucht. « Lorsqu'un client souhaite un conseil, il doit le solliciter. Entre les déclarations trimestrielles et la clôture annuelle, les entreprises rencontrent quotidiennement des problèmes qu'elles sont incapables de résoudre seules.» L'objectif de Silverfin est de rompre ce schéma. Cela permettra à la fonction comptable d'évoluer vers celle, plus globale, de « business coach » et aux entreprises d'être aidées et conseillées tout au long de l'année.

Activités récurrentes axées sur l'aspect commercial
Le succès immédiat de l'entreprise était la preuve évidente qu'une plateforme connectée pour comptables du futur correspondait à une attente

« Précédemment, je travaillais dans le domaine comptable », indique Joris Van Der Gucht. « À l'époque, de nombreuses opérations s'effectuaient encore manuellement : retranscription de chiffres, transfert de données d'un logiciel à l'autre, création de feuilles de calcul séparées, etc. Selon moi, il y avait moyen de gagner en efficacité.» Sa rencontre avec le développeur Tim Vandecasteele accéléra le processus. « Six mois après le début de notre collaboration, Silverfin avait trouvé ses marques », poursuit Joris Van Der Gucht. Le succès immédiat de l'entreprise était la preuve évidente qu'une plateforme connectée pour comptables du futur correspondait à une attente.

Une croissance basée sur le chiffre d'affaires
Beaucoup de jeunes start-ups consacrent trop de temps à peaufiner une idée susceptible d'attirer des investisseurs

Début 2016, Silverfin recevait l'appui financier de divers investisseurs, parmi lesquels Jurgen Ingels. Moins de huit mois plus tard, les dirigeants de l'entreprise se rendaient à Londres à l'invitation de la célèbre société de capital-risque Index Ventures. Lors d'un tour d'investissement de série A, la start-up gantoise obtenait une levée de fonds de quatre millions d'euros ! « Comme nous étions en mesure de produire des chiffres probants en termes de rentabilité et de profit, la transaction s'est déroulée sans la moindre difficulté », confie Joris Van Der Gucht. « Beaucoup de jeunes start-ups consacrent trop de temps à peaufiner une idée susceptible d'attirer des investisseurs. Nous avons sciemment pris le parti de construire le plus rapidement possible une base de clientèle solide axée sur un business model récurrent. Les ventes se sont rapidement envolées et nous avons connu une croissance plus forte d'année en année.» La réussite de Silverfin ne s'explique pas par l'apport de capitaux extérieurs, mais par l'importance du chiffre d'affaires. Dans ce sens, il ne s'agit pas d'une start-up telle qu'on l'entend traditionnellement.

Conseil aux chefs d'entreprise : remettez votre rôle en question

Fin 2016, Silverfin affichait un chiffre d'affaires de 2,4 millions d'euros, soit trois fois plus que l'année précédente. Il s'agit donc d'une croissance plutôt agressive. En l'espace de quatre ans, l'entreprise est passée de deux à plus de cinquante collaborateurs. Une croissance aussi rapide implique un certain nombre de défis. « Les quatre dernières années ont été d'une grande intensité », indique Joris Van Der Gucht. « Nous avons démarré d'emblée sur des bases solides, notre objectif étant de créer une structure et une plateforme flexibles et évolutives. Avec l'aide d'une équipe compétente et efficace, vous obtenez une croissance inespérée. Un fondateur et chef d'entreprise doit être constamment capable de remettre en question son rôle au sein de l'entreprise. Dans les premiers temps, j'étais nuit et jour sur les routes afin de rencontrer des clients et des prospects. Aujourd'hui, je me concerte principalement avec les collaborateurs faisant partie de l'entreprise.»

Démarrer, c'est facile. Prospérer et grandir, c'est compliqué
Il est plus facile de lancer une entreprise que de la faire prospérer

Une jeune entreprise qui connaît une progression rapide rencontre tôt ou tard des problèmes de croissance. Le rôle du chef d'entreprise est de les résoudre. « Une entreprise en forte croissance est confrontée à des questionnements et à des défis quotidiens. Si vous souhaitez stimuler l'engagement de vos collaborateurs, vous devez prendre ces problèmes à bras le corps. La notion de transparence est un élément central de la communication au sein de notre organisation. J'essaie, dans une large mesure, d'être à l'écoute de nos collaborateurs, même ceux qui revendiquent le moins.»
« Il ressort de mon expérience qu'il est plus facile de lancer une entreprise que de la faire prospérer. Il faut absolument apprendre à déléguer. Ce sont les salariés qui font la réussite de l'entreprise. C'est la raison pour laquelle il faut leur accorder la liberté nécessaire.»

Privilégier un management solide

Quelle que soit l'entreprise, garder le contrôle est primordial. Joris Van Der Gucht a observé que l'augmentation rapide des effectifs constituait un frein à la concentration. « Au début de cette année, nous étions vingt personnes à partager le même espace. Tim et moi, nous nous connaissons sur le bout des doigts. Aujourd'hui, l'entreprise totalise plus de cinquante collaborateurs répartis entre nos bureaux de Gand et de Londres. Cela rend le contrôle particulièrement difficile. C'est pourquoi nous avons choisi d'investir cette année dans une couche de gestion. Afin d'améliorer la communication et la gestion, nous avons recruté un certain nombre de collaborateurs expérimentés, sans que cela ne porte atteinte à la culture d'entreprise ou n'entrave l'embauche de futurs collaborateurs ambitieux.»

Quelques conseils de Joris Van Der Gucht :
  • Cherchez à générer du chiffre d'affaires le plus rapidement possible.
  • Soyez à l'écoute de vos clients avant de diffuser votre service ou votre produit à grande échelle.
  • N'hésitez pas à vous remettre en question.
  • Misez sur une communication efficace, tant en interne que vis-à-vis de vos clients et de vos partenaires.
Vous voulez lancer une start-up innovante ?