Céder son entreprise

1 juin 2021

Un duo complémentaire au service des entreprises familiales

Au sein d’une entreprise familiale, nombreuses sont les décisions qui touchent la sphère professionnelle et privée de l’entrepreneur. C’est pourquoi il est essentiel que les experts en Private et Business Banking travaillent en étroite collaboration.

Le plus beau des métiers

« Être le banquier des entrepreneurs familiaux est le plus beau métier dans le secteur bancaire », selon Peter Göbel, Head of SME & MidCorp Business Banking d’ING.

« Vous accompagnez des clients qui décident de ce qu’ils font de leur propre argent. Ils ont pris des risques et fait grandir leur entreprise. Les entrepreneurs familiaux ont toujours les yeux rivés sur les objectifs à long terme, et donc aussi sur le moment où ils céderont le contrôle de leur entreprise. Il va de soi que la gestion du patrimoine familial joue ici un rôle important. »

Unique et indivisible

Pour ING, l’entreprise et l’entrepreneur forment un tout indivisible. Les conseils qui concernent le patrimoine privé ne doivent jamais porter préjudice à l’entreprise. Et vice versa.

Kristof Kustermans, Head of Private Banking : « Prenons l’exemple d’un entrepreneur qui souhaite sortir des liquidités de l’entreprise pour les investir. Il est primordial d’examiner si une telle action s’inscrit dans les projets d’avenir de l’entreprise. Un bilan affaibli pourrait exposer l’entreprise à avoir moins facilement recours au financement externe pour ces investissements. Cela reviendrait pour l’entrepreneur à se tirer dans le pied. Ce que nous voulons absolument éviter. »

« Les entrepreneurs familiaux ont toujours les yeux rivés sur les objectifs à long terme, et donc aussi sur le moment où ils céderont le contrôle de leur entreprise » - Peter Göbel

« Les entrepreneurs familiaux ont toujours les yeux rivés sur les objectifs à long terme, et donc aussi sur le moment où ils céderont le contrôle de leur entreprise » - Peter Göbel

Complémentarité

Le Private Banking et le Business Banking offrent des services complémentaires, chacun à partir de leur propre portefeuille de produits. Le premier contact de l’entrepreneur avec la banque se fait généralement par le biais de la branche Business Banking. De cette manière, le patrimoine familial peut se développer au sein de la structure de l’entreprise.

Au fil du temps, le besoin de constituer et de diversifier le capital en dehors de l’entreprise se fait plus grand. Il peut également s’avérer nécessaire de structurer différemment les actifs logés au sein de l’entreprise. À ce stade, l’entrepreneur peut faire appel aux services Private Banking, qui reposent sur deux piliers : d’une part, la gestion de portefeuille, et d’autre part, la structuration et la transmission de patrimoine.

La génération suivante

La collaboration entre Business- et Private Banking prend tout son sens lorsque la génération suivante fait son entrée dans l’entreprise familiale. Il s’agit d’un moment critique dans la vie de l’entreprise, et il nécessite une bonne préparation. Or on constate régulièrement que les intéressés n’y consacrent pas le temps nécessaire. 

« En tant que banquier, vous pouvez apporter une valeur ajoutée à la famille en lui prodiguant les bons conseils »

« Il est primordial que les entrepreneurs aient conscience du long travail de réflexion et de préparation requis pour prendre la bonne décision », dit Kristof Kustermans. « Ce processus peut facilement s’étendre sur plusieurs années. Perdre de vue certaines questions fondamentales concernant la gestion du patrimoine, et ne focaliser que sur la croissance de l’entreprise, peut avoir un impact immense sur le résultat de la transmission. »

« En tant que banquier, vous pouvez apporter une valeur ajoutée à la famille en lui prodiguant les bons conseils », déclare Peter Göbel. Dans les situations personnelles difficiles (telles que la maladie, le décès et le divorce), les conseils sur mesure peuvent également se révéler particulièrement précieux. 

« Il est très important que l’entrepreneur familial analyse en profondeur comment il souhaite transmettre le capital à la génération suivante » - Kristof Kustermans

« Il est très important que l’entrepreneur familial analyse en profondeur comment il souhaite transmettre le capital à la génération suivante » - Kristof Kustermans

Vente de l’entreprise

Certaines familles font le choix de ne pas confier l’entreprise à leurs enfants. La vente à un tiers, la recherche d’un investisseur ou la fusion sont également envisageables.

« La préparation d’une telle transaction est essentielle. Il est très important que l’entrepreneur familial analyse en profondeur comment il souhaite transmettre le capital à la génération suivante », explique Kristof Kustermans.

Contacter son banquier en temps utile est donc indispensable, afin qu’il puisse vous exposer les avantages et les inconvénients des différentes options. Le banquier pourra également clarifier si l’entreprise peut être qualifiée de « familiale » et comparer ce qu’impliquent la donation et la cession au sein de la famille. De plus, en réfléchissant avec lui aux différentes possibilités de financement, vous aurez une vue d’ensemble de tous les scénarios envisageables.

En savoir plus ?