innovation

29 Novembre 2016

Œuvrer à un monde nouveau

L’entreprise durable a besoin de pouvoirs publics qui créent un cadre clair, estime Christophe Degrez, CEO du producteur et fournisseur d’énergie verte Eneco Belgique. "Nous voulons offrir un environnement viable aux générations futures et entreprendre avec elles."

Évolution d’Eneco

Depuis son lancement en 2010, Eneco Belgique, producteur d’énergie renouvelable et fournisseur de gaz et d’électricité, est devenu l’opérateur de 300.000 clients particuliers et 8.000 entreprises. Fort de ses 250 collaborateurs, Eneco Belgique dispose d’un parc de 85 éoliennes sur la terre ferme et est devenu le premier producteur d’énergie solaire en Belgique.

Entreprendre de manière compétitive à long terme

Eneco est né de l’idée que le modèle économique actuel se heurte à ses limites, en raison du caractère fini des matières premières et de son impact excessif sur l’environnement. "Une entreprise peut revendiquer des valeurs comme la durabilité, mais elle doit surtout les vivre", assure Christophe Degrez, CEO d’Eneco Belgique. "Léguer aux générations futures un environnement viable lui procure un avantage compétitif à long terme. Cela va donc beaucoup plus loin que votre cœur d’activité. Mais rien n’est plus beau que de travailler à la création d’un monde nouveau."

Donner l’exemple

"En tant que CEO, je veux donner l’exemple, et c’est également ce que devrait faire notre gouvernement", poursuit Christophe Degrez. "Qu’il crée un cadre pour l’entreprise durable. Qu’il communique clairement à quels endroits des parcs éoliens peuvent être implantés. Les citoyens pourront ainsi les appréhender de manière rationnelle et les accepteront plus facilement."

Maison du futur
"Nous soulageons le client de ses préoccupations et le client nous paye pour les économies réalisées."

Eneco est devenu un véritable chef d’orchestre en matière d’énergie, avec le client dans le rôle de premier violon. "Dans la maison du futur, le consommateur optera pour des panneaux solaires, une voiture électrique, un thermostat intelligent et une batterie murale", se réjouit Christophe Degrez. "Ou il participera à la production des éoliennes installées dans le quartier dans le cadre d’une coopérative. Mais il attend que quelqu’un mette tout cela en musique. Nous évoluons donc vers un modèle où nous, en tant que chef d’orchestre, dirigeons le bilan énergétique du citoyen. Nous le soulageons de ses préoccupations et, en échange, il rémunère le chef d’orchestre pour les économies réalisées."

Nouveaux business models, nouveaux clients

Dans un monde durable, le nouveau business model part du client, qui est aux commandes. "La production décentralisée devient cruciale", explique Christophe Degrez. "Une entreprise durable se doit de déployer des modèles participatifs avec des partenaires issus d’un large éventail de secteurs. Elle doit surtout réagir très rapidement et de manière très flexible à toute transition sur le marché. Car la véritable révolution énergétique doit encore commencer."

Le prix avant la durabilité ?
"Chaque entrepreneur doit être en partie un entrepreneur social."

Mais le prix ne reste-t-il pas l’essentiel pour le consommateur ? "C’est vrai, et c’est la raison pour laquelle les pouvoirs publics et les entreprises durables doivent inciter le consommateur à prendre en compte d’autres dimensions que le prix", précise Christophe Degrez. "Essayons de le faire via la participation citoyenne, encourageons tout le monde à devenir coactionnaire d’un parc éolien et à en partager les bénéfices, par exemple. Aujourd’hui, le débat porte beaucoup trop sur le prix d’un seul maillon de la chaîne de valeur, à savoir la fourniture d’énergie."

Innovation sociale par la coopération

Chaque chef d’entreprise doit également être en partie un entrepreneur social, estime Christophe Degrez. Eneco propose des contrats de fourniture de gaz et d’électricité sur mesure pour des groupes cibles défavorisés. "Pour moi, il est grave que 82 % de la population soit exclue du marché solaire résidentiel parce que ces gens n’ont pas les fonds nécessaires ou un toit permettant l’installation de panneaux. Nous lançons aujourd’hui de grandes toitures solaires dans lesquelles les consommateurs peuvent prendre une participation dans le cadre d’un modèle coopératif et acquérir des panneaux solaires. Pour moi, c’est de l’entrepreneuriat où l’on entreprend avec la société."

Entreprendre durablement ?
Cinq conseils en or :
  • Ne criez pas sur tous les toits que vous êtes durable : agissez de manière durable.
  • Lancez des modèles d’affaires participatifs qui partent du client.
  • Entreprenez à long terme, ayez en ligne de mire le futur de vos petits-enfants.
  • Essayez de lancer quelque chose en fonction de vos convictions de chef d’entreprise et de parent. Ne faites que ce qui vous procure de l’énergie.
  • Vous pouvez devenir plus durable, même sans produit ou service durable. Optez pour une transition radicale, à l’image de la métamorphose d’Union Minière en Umicore. Avec la vision adéquate et beaucoup de travail, vous y parviendrez. Soyez surtout flexible, et réagissez rapidement aux changements que traverse la société.
Découvrez d’autres témoignages d’entrepreneurs

Thierry Noesen rachète en 2005 la chocolaterie belge Belvas.
Il décide alors de relancer l’entreprise avec comme fer de lance le développement durable et le commerce équitable.
Un stratégie de niche réussie. Découvrez son histoire.

L’histoire de la chocolaterie belge Belvas

Vous voulez aussi entreprendre durablement ?