Mon entreprise

Quel véhicule choisir pour votre entreprise ?

Diesel, à essence, hybride ou tout électrique ? Le choix d’une nouvelle voiture pour votre entreprise est de moins en moins un casse-tête. La voiture tout électrique est l'option la plus intéressante sur le plan financier et fiscal.

L’essence reste la plus populaire pour l’instant

En 2021, les entrepreneurs belges ont immatriculé ensemble près de 6 voitures neuves sur 10. Ils ont opté pour la voiture électrique plus souvent que les particuliers. Par exemple, dans notre pays, 9 voitures tout électriques et hybrides rechargeables sur 10 ont été immatriculées par des entreprises et des indépendants au cours de l’année dernière. C’est ce qui ressort des chiffres de Febiac.

D’ici 2021, un tiers des voitures nouvellement immatriculées par les entreprises seront totalement ou partiellement électriques : 

  • 8,6 % de véhicules tout électriques
  • 18,9 % d’hybrides rechargeables
  • 4 % d’hybrides non rechargeables

Les voitures à essence restent le choix le plus populaire auprès des entreprises : elles représentent quelque 38 %. Il y a de bonnes explications à cela, comme le coût d’achat moins élevé et des considérations pratiques (plein facile et rapide, pas besoin d’installer sa propre station de recharge, la conduite électrique nécessite des ajustements, etc.) En outre, les entrepreneurs ne ressentent pas (encore) de (grande) différence de taxation entre l’électrique et l’essence. En revanche, le nombre de voitures diesel nouvellement immatriculées (un peu plus de 30 % en 2021) affiche une forte tendance à la baisse depuis des années.

Pourquoi l’électrique devient-il plus populaire auprès des entrepreneurs ?

1. Changements fiscaux

La principale raison pour laquelle nous allons voir de plus en plus de véhicules électriques sur les routes belges dans les années à venir est sans doute la fiscalité. L’avantage fiscal va en effet disparaître pour les voitures à moteur à combustion nouvellement immatriculées.

Le coût d’achat d’une voiture de société est actuellement déductible fiscalement, de même que les frais supplémentaires (carburant, assurance, entretien, etc.). Mais cet avantage fiscal va en disparaître pour les voitures à moteur à combustion nouvellement immatriculées.

  • Les voitures diesel, à essence et hybrides commandées entre juillet 2023 et décembre 2025 bénéficieront encore d’un régime transitoire jusqu’au 31 décembre 2027
  • Pour ceux qui achètent une voiture à moteur à combustion à partir de 2026, l’avantage fiscal disparaitra complètement. 

Pour les voitures tout électriques, la déductibilité à vie de 100 % sera maintenue. Elle sera toutefois également réduite sur le long terme. Entre 2027 et 2031, la déductibilité des voitures sans carbone sera abaissée à 67,5 %. 

Bon à savoir également : les entreprises peuvent bénéficier de nombreux avantages fiscaux grâce à l’installation de stations de recharge. Une déduction complète s’appliquera à partir de l’exercice d’imposition 2022. À partir de 2030, cette déduction illimitée sera également supprimée et remplacée par un taux de déduction fixe de 75 %. Les entreprises qui investissent dans des stations de recharge accessibles au public jusqu’au 31 août 2024 ont également droit à un taux d’amortissement majoré. Si l’investissement a lieu en 2022, il peut être amorti à 200 %. Par la suite (jusqu’au 31 août 2024), ce taux d’amortissement tombera à 150 %.

2. Plus de choix

Alors qu’en 2019, le marché belge ne comptait « que » 64 modèles tout électriques ou hybrides (rechargeables), en 2021, leur nombre s’élevait déjà à quelque 157 modèles. À titre de comparaison, l’année dernière, le marché belge comptait 263 modèles à essence et 200 modèles diesel.

Il existe une gamme plus large non seulement pour les voitures, mais aussi pour les camionnettes. Des versions électriques des camionnettes les plus courantes existent déjà actuellement (tels que Citroën Berlingo, Jumpy et Jumper ; Fiat Ducato ; Ford Transit ; Mercedes Sprinter et Vito ; Opel Combo et Vivaro ; Peugeot Partner, Expert et Boxer ; Renault Master ; VW Crafter).

En outre, les camionnettes électriques peuvent  être personnalisées tout autant et sont disponibles dans différentes longueurs et hauteurs, sans compromis sur la robustesse, la capacité ou la polyvalence.

3. La différence de prix se réduit continuellement

Les voitures électriques sont encore beaucoup plus chères à l’achat que les voitures équipées d’un moteur à combustion traditionnel. À titre d’exemple, la voiture de société la plus vendue de 2020 - la Volvo XC40 - a un prix catalogue de 27 107 euros (hors TVA). Pour la version tout électrique, le prix catalogue est de 38 347 euros (hors TVA)[1].

Il y a également une grande différence de prix d’achat entre les modèles comparables d’autres marques. Néanmoins, la différence de prix diminuera à long terme, notamment en raison de la baisse des coûts de production des batteries. De plus, à mesure que la concurrence s’intensifiera et que les fabricants réaliseront de plus grandes économies d’échelle, cet écart se réduira encore davantage.

4. Le prêt et l’assurance sont moins chers

Ceux qui achètent une voiture électrique peuvent obtenir de meilleures conditions de prêt. Il en va de même pour l’assurance, bien que le prix d’achat plus élevé signifie que la prime ne sera pas inférieure à celle d’une voiture traditionnelle.

5. Valeur résiduelle

Ces dernières années, de plus en plus de voitures électriques d’occasion sont apparues sur le marché. Leur valeur résiduelle moyenne est supérieure à celle des voitures diesel et proche de la valeur résiduelle des voitures à essence. La valeur résiduelle est largement déterminée par l’état de la batterie, car il s’agit d’une pièce coûteuse. Il ressort d’une analyse de 6300 voitures électriques qu’après 6 ans, la capacité diminue de 12 %, ce qui reste encore un chiffre acceptable. En outre, presque toutes les marques offrent une garantie sur la batterie si elle tombe en dessous de sa capacité après un certain nombre de kilomètres ou d’années. Il est toutefois important de noter que toute avancée technologique ou amélioration d’exécution fera baisser la valeur des anciens modèles. Comme pour toute voiture, c’est inévitable.

[1] Prix pour les clients professionnels, consulté le 22/02/2022

En résumé

Aujourd’hui, l’achat d’une voiture diesel, à essence ou hybride comporte déjà un peu moins d’avantages fiscaux que l’achat d’une voiture tout électrique. Dans les années à venir, cette différence fiscale sera encore plus importante. Dans le même temps, la différence de prix entre les voitures électriques et les voitures à essence devrait encore diminuer, ce qui permettra plus de choix. En conséquence, choisir un nouveau véhicule diesel, à essence ou hybride sera moins facile dans les années à venir.

Quel que soit le véhicule que vous choisissez, ING est la bonne adresse