Innovation

23 septembre 2016

La success story d’une start-up à la technologie innovante

Eric Kenis

Auteur du livre « Hoek af »

Eric Kenis, auteur du livre Hoek af, interroge Yves Van Ingelgem, cofondateur de Zensor.

Dans notre pays, nous n'avons peut-être pas d'histoire Uber ou AirBnB. En revanche, nous avons des forces tranquilles qui bousculent les marchés existants du B2B. Zensor fait partie de ces forces tranquilles. Cette start-up d'ingénieurs est issue de recherches à l'Université Libre de Bruxelles. Yves Van Ingelgem, cofondateur de Zensor, a reçu en mai 2015 le prix "Innovators Under 35" des mains du MIT. Il joue donc dans la cour des grands. Précédemment, les lauréats de ce prix ont été Sergey Brin et Mark Zuckerberg…

“Pouvez-vous résumer votre entreprise en quelques mots ?”

“Notre entreprise est active dans la réduction des risques et la réduction des coûts. Pour ce faire, nous détectons, de manière préventive et par le biais de capteurs, les dégâts aux installations de béton et acier, comme notamment la corrosion et la fatigue. Nos capteurs se trouvent, par exemple, sur des turbines éoliennes offshore et terrestres.”

“Zensor a commencé en 2010 avec l'installation de capteurs de corrosion sur des constructions en béton et acier. Cependant, cette technologie seule n'était pas suffisante pour peser dans le marché. Voilà pourquoi nous offrons aujourd'hui des packages complets de détection qui surveillent plusieurs aspects en même temps. En associant différentes mesures, nous donnons une indication de la santé de la structure.”

“Nous assurons en permanence le suivi de ces mesures. Nous rassemblons ensuite les données récoltées dans des rapports que nous remettons au client. Nous pouvons également effectuer des analyses plus approfondies, comme par exemple, pour savoir combien de temps la construction peut continuer à fonctionner. Peut-être que la construction s'use trop vite. Ou bien au contraire, on peut penser à prolonger la durée de vie de celle-ci.”

“Pouvez-vous parler de votre expérience d'approche d'un marché en tant que nouvel entrant ?”

“En tant que petit nouveau, il n'est pas facile de convaincre des associés potentiels de sa valeur. Les marchés sont fortement protégés. Il faut parler avec beaucoup de personnes et apprendre à connaître les marchés. Les nouveaux marchés comme celui des éoliennes sont en plein développement.”

Les grandes entreprises décident lentement, et nous n'avions pas assez tenu compte de cela.

“Il faut ajouter à cela le fait que nous ne sommes bien sûr pas les seuls acteurs. Nous pouvons tout de même nous distinguer de nos concurrents car nous sommes les seuls à proposer une solution complète. De nombreux concurrents ne produisent qu'un type de capteur. Mais avec un seul capteur, il n'est pas possible de proposer une solution complète.”

“Bien que, maintenant, on ait l'impression que tout s'est passé de manière très fluide, nous pensions pourtant au début que nous pourrions pénétrer le marché plus rapidement. Nous n'avions pas assez tenu compte d'un élément : les grandes entreprises décident lentement. Il est toujours difficile, par ailleurs, de faire des prédictions dans un marché florissant.

“Comment financez-vous votre croissance ?”

“Par rapport à 2013, nous avons multiplié notre chiffre d'affaires par 14 en 2015. Nous sommes donc rentables depuis fin 2015. Au niveau du financement, nous nous en sortons bien. Dès le début, nous n'obtenions pas uniquement notre capital auprès d'externes, mais aussi à partir de contrats. De cette manière, nous avons créé notre propre cashflow.”

Il faut faire une sélection d'investisseurs adaptés.

“Il est important de prendre le temps de trouver des investisseurs. Il faut au préalable se renseigner pour savoir si un investisseur peut constituer une valeur ajoutée pour la société. Sur base de cela, il faut faire une sélection.”

“Comment voyez-vous l'avenir de Zensor ?”

Notre rêve est de faire une percée à l'échelle européenne en tant qu'acteur sain de la surveillance d'infrastructure. La révolution industrielle la plus importante a été la transformation du travail musculaire en travail de machine. Maintenant, nous passons de l'interprétation humaine de données mesurées à l'interprétation automatique et basée sur la technologie de grandes quantités de données. Dans ce domaine, nous voulons jouer un rôle prééminent.”

Conseil d'Yves aux jeunes entrepreneurs

“N'abandonnez jamais, soyez persévérants et ayez confiance en vous. Et parlez à vos clients potentiels. Les salons professionnels s'avèrent être très importants dans notre secteur. Pendant nos premiers grands salons, nous avons parlé en permanence à des clients potentiels. Par la suite, nous avons gardé contact avec eux, et sur la durée, nous avons réussi à les convaincre. Si j'avais pu faire quelque chose différemment, je serais allé vanter les mérites de notre produit beaucoup plus tôt.”

En savoir plus ?

Quels sont les facteurs les plus importants dans le succès des entreprises de rupture ?
Découvrez les réponses de Philippe Bergez, responsable de l’ING FinTech Village.

Philippe Bergez explique la technologie de rupture

Et maintenant ?

Trouvez de l’inspiration en lisant les témoignages d’entrepreneurs et découvrez les conseils de nos experts sur ing.be/mon-entreprise