Économie

19 juin 2017

La Belgique attire-t-elle encore les entreprises internationales ?


Marcel Claes

Directeur de la Chambre de commerce américaine en Belgique

La Chambre de commerce américaine en Belgique a décidé de mener une étude sur l’attrait de la Belgique comme destination pour les entreprises internationales.

De nouveaux sièges européens en Belgique : rêve ou réalité ?
"La situation unique de la Belgique au cœur de l’Europe lui permet de sortir du lot dans un monde qui change."

Par le passé, des entreprises internationales ont choisi la Belgique pour ses qualités intrinsèques, telles que son emplacement de premier choix offrant un accès au marché, sa proximité avec les institutions européennes et la qualité de sa main d’œuvre. Cependant, la Belgique n’a actuellement plus la capacité de se reposer sur ses lauriers. Les changements politiques et économiques obligent les sociétés à réévaluer leur empreinte corporate.

La Chambre de commerce américaine en Belgique voulait savoir si la Belgique était encore une destination attirante pour les entreprises internationales. Elle a donc décidé de mener une étude pour le découvrir. L’étude a récolté 70 réponses complétées émanant de sociétés internationales ayant un pôle européen en Belgique et qui emploient, en additionnant leurs effectifs, plus de 33.800 personnes dans le pays. Les entreprises américaines représentaient 81 % des répondants.

La principale conclusion de l’étude est que lorsqu’un centre de décision corporate se situe en Belgique, les chances que ces entreprises y investissent par la suite sont sensiblement plus importantes. "Notre objectif était de montrer l’importance des sièges locaux pour l’économie belge, et pour le pays dans son ensemble. La situation unique de la Belgique au cœur de l’Europe lui permet de sortir du lot dans un monde qui change. Aujourd’hui plus que jamais, c’est un excellent moment pour se repositionner en tant que centre préférentiel pour les sièges régionaux", explique Marcel Claes.

Pourquoi investir dans des sièges et des centres de décision régionaux ?

Investir dans des sièges et centres de décision régionaux est bénéfique pour les deux parties. "Tout d’abord, cela a un effet immédiat sur le taux d’emploi. Les sièges régionaux créent des emplois. Mais cela provoque aussi un effet de contagion très important. Près des deux tiers des répondants ont déclaré que l’emplacement de leur siège régional influence grandement les décisions d’investissement. Lorsqu’une entreprise internationale ouvre un siège régional, il y a de fortes chances que de futurs investissements suivent."

La société récolte aussi les bénéfices d’un siège régional à l’étranger. "Un centre de décision possède un avantage stratégique en ce qui concerne la répartition des ressources : ils connaissent la situation du pays, savent comment les choses fonctionnent et les défis auxquels une certaine région est confrontée. C’est un atout inestimable pour une entreprise internationale."

"Après avoir ouvert notre siège européen à Bruxelles en 1996, nous avons réalisé de nombreux investissements ciblés, y compris l’acquisition de Kiala en 2012. Cela a donné un second souffle à UPS et nous a incités à étendre le modèle Kiala à de nombreux autres pays."
– Karl Haberkorn, Managing Director, UPS Belgium

Optimistes quant à l’avenir

L’étude montre que la plupart des sièges régionaux sont satisfaits de leur situation actuelle en Belgique et se montrent optimistes quant à leur avenir sur place. En effet, un tiers d’entre eux ont l’intention d’étendre leurs activités dans le pays au cours des cinq prochaines années. Leur croissance est principalement due à des fusions et acquisitions, le contexte international et le réservoir de talents dont dispose la Belgique.

Les sièges régionaux situés en Belgique ont généralement une forte valeur stratégique : plus de 80 % d’entre eux gèrent la direction générale, les ressources humaines, la comptabilité, le marketing, la trésorerie et les finances. Depuis leur base en Belgique, les sièges régionaux coordonnent la région EMEA (Europe Middle East & Africa 35 %), l’Europe (16 %) et le Benelux (14 %).

Un personnel multilingue et de grande qualité

"La Belgique est un endroit très intéressant pour les investisseurs étrangers. Et de fait ! Le personnel multilingue et instruit en est bien sûr l’une des principales raisons. Les autres facteurs sont l’environnement économique stable, le personnel disponible, la proximité par rapport aux institutions internationales et le lien fort avec le marché européen. La combinaison de ceux-ci fait de la Belgique un excellent endroit où établir un siège européen." En plus de ces facteurs, les avantages fréquemment mentionnés par les répondants quant à une installation en Belgique aujourd’hui sont son marché immobilier compétitif, sa qualité de vie et sa solide infrastructure financière.

"Pour Altair Global, la Belgique est le meilleur emplacement pour notre siège régional : un accès aisé aux autres pays et aux bureaux et clients d’Altair à travers l’Europe, ainsi qu’aux sièges d’autres entreprises en Belgique, et une équipe multilingue."
– Walter Vermeeren, Senior Vice President EMEA, Altair Global

Améliorer les régimes de taxation

La plupart des entreprises qui ont un siège régional en Belgique prévoient d’y rester et d’y croître. Cependant, 19 % d’entre elles s’attendent à diminuer en taille dans les trois prochaines années, et 7 % de tous les répondants ont indiqué que le siège de l’entreprise a déjà été relocalisé dans un pays voisin tel que la France, le Luxembourg ou les Pays-Bas.

L’étude montre que la plupart des sociétés qui ferment leur siège belge ou qui n’envisagent pas d’en ouvrir un agissent de la sorte à cause d’une restructuration et du contexte économique international. "Ce serait faire preuve de négligence que d’ignorer le contexte économique international dans cette équation. Il s’agit après tout d’un facteur qui affecte d’autres pays tout autant que la Belgique. Mais nous ne pouvons pas non plus ignorer le système de taxation belge. Selon nous, le gouvernement doit réformer l’impôt des sociétés et conclure des accords de taxation internationale avec d’autres pays."

Un autre facteur important du léger déclin de l’attrait de la Belgique vis-à-vis des investisseurs étrangers est le marché de l’emploi défavorable. "Le coût élevé du travail est le facteur principal, particulièrement pour les employés hautement qualifiés. L’écart avec d’autres pays n’existe pratiquement pas pour les emplois moins bien rémunérés."

Rendre la Belgique à nouveau attirante

La conclusion principale de cette étude est qu’il est essentiel de repositionner la Belgique sur la carte internationale, et de mettre en évidence sa position unique : une excellente situation pour un siège régional. "Le gouvernement doit promouvoir activement la Belgique et la présenter comme le meilleur endroit d’Europe pour l’installation d’un siège ou d’un centre de décision régional. Ce qu’elle est assurément. Et nous devons tirer avantage des opportunités qui se présentent, telles que le prochain Brexit. De nombreux sièges européens sont actuellement situés à Londres et deux tiers des répondants ont souligné l’importance d’être situé dans un endroit faisant partie de l’Union européenne. Il s’agit clairement d’une très belle opportunité."

Plus d’info ?