Mes News

21 janvier 2016

Investment Strategy Flash

Un début houleux pour l’année boursière

Cher investisseur,

Afin de vous tenir au courant des principaux événements sur les marchés financiers, ING vous propose un « Investment Strategy Flash ».

  • La Chine et le pétrole sont à l’origine d’un début houleux pour l’année boursière
  • La volatilité élevée pourrait se maintenir et incite à la prudence
  • Les fondements économiques restent solides pour le monde occidental
Que se passe-t-il ?

L’année boursière n’avait plus commencé de manière aussi agitée depuis 1999. La correction boursière avec laquelle la Chine a débuté l’année s’est répercutée sur l’Europe et les États-Unis. La volatilité de l’indice boursier européen EuroStoxx 50 a augmenté de 22 % au cours des dernières semaines.

Comme en août dernier, cette brusque augmentation de la volatilité est imputable à la Chine qui a affaibli sa monnaie afin de contenir le ralentissement de la croissance économique. Le ralentissement persistant de la croissance du grand consommateur d’énergie qu’est la Chine a également fait baisser le prix du pétrole et d’autres matières premières. Les tensions géopolitiques entre l’Arabie saoudite et l’Iran jouent également des tours aux marchés financiers, tandis que l’augmentation des taux par la banque centrale américaine en décembre (la première depuis 2006) a déclenché des réactions nerveuses parmi les investisseurs.

Les marchés financiers sont actuellement très sensibles à un choc externe imprévu (aussi appelé « Black Swan » dans le jargon) qui remet en question le redressement de l’économie mondiale. Qu’arriverait-il si, par exemple, le prix du pétrole augmentait soudainement à la suite d’une escalade du conflit armé avec l’État islamique (EI) ? Ou si l’un des pays émergents s’enlisait dans une crise de la dette ? Ou si l’un des principaux négociants en matières premières faisait faillite ? Ou si l’économie chinoise s’effondrait ?...

Quel est notre avis ?

Notre scénario de croissance économique mondiale modérée reste inchangé. Pour l’instant, nous ne croyons pas que les éléments précités mettront en péril le redressement de l’économie mondiale. La création d’emplois aux États-Unis et l’augmentation de la confiance des entrepreneurs dans la zone euro, par exemple, en témoignent, selon nous. En outre, le faible prix du pétrole peut donner un coup de fouet supplémentaire au comportement des consommateurs occidentaux. Les circonstances nous incitent toutefois à la prudence.

Sans tomber dans un pessimisme exagéré, nous estimons que le rapport risque/rendement pour les actions en 2016 sera moins attrayant que les années précédentes. L’époque où nous pouvions profiter de la moindre baisse des cours boursiers afin d’acheter des actions semble révolue. La politique de soutien des grandes banques centrales et la vaste présence de liquidités dans le système financier ne suffisent plus à contenir les pics soudains de la volatilité.

C’est dans ce cadre que nous avons décidé de sous-pondérer notre position en actions. Dans le compartiment d’actions, nous maintenons nos préférences régionales (préférence pour les actions de la zone euro ou du Japon) et nous nous concentrons sur les entreprises dont les bilans sont les plus sains et qui offrent une croissance du dividende durable. Dans le contexte actuel, notre stratégie d’investissement se caractérisera par des mouvements probablement encore plus tactiques à court terme.

Votre conseiller ING est à votre disposition afin de répondre à toutes vos questions.


Thierry Masset
Chief Investment Officer