ÉCONOMIE

7 septembre 2017

Technologie, durabilité et économie : ça se passe maintenant !


Philippe Ledent

Senior Economist

Nous vivons actuellement une période intéressante en matière d’innovation. Intelligence artificielle, voitures connectées, imprimante 3D... Les avancées technologiques de notre époque sont énormes. Mais en quoi ces technologies influent-elles la croissance économique ? Philippe Ledent, Senior Economist chez ING vous en parle.

L’innovation comme moteur de croissance économique

Comment l’innovation peut booster la croissance économique ? C’est en réalité grâce à la conjonction de deux éléments :

  • une technologie disponible
  • de nouvelles idées, de nouvelles préférences ou habitudes de consommation

En plus de ces deux éléments indispensables, il faut bien sûr aussi une viabilité économique. Sur ce point, nous voyons actuellement que le client n’est parfois pas encore prêt à payer le surcoût d’une innovation, même si celle-ci porte un projet plus durable. La viabilité économique n’est dans ce cas pas validée. La croissance économique n’est possible que si les trois éléments sont réunis : des nouvelles idées, un technologie disponible pour les mettre en œuvre, et une meilleure rentabilité pour que celle-ci s’impose.

Pourquoi la période actuelle est-elle intéressante ?

La période actuelle reflète une conjonction entre la technologie, les idées et une prise de conscience. Des avancées technologiques permettent surtout une rentabilité supérieure par rapport à la technologie précédente. En voici trois exemples parlants.

1. L’économie circulaire

L’idée est de développer des business modèles qui ne sont plus linéaires (aller chercher les ressources, les transformer, les consommer puis les jeter) mais circulaires (par exemple l’économie du partage, la réutilisation d’un produit, le recyclage en fin de vie...).

L’idée est bonne mais la technologie n’est pas encore toujours disponible et la viabilité économique est encore assez faible par rapport à un processus linéaire, bien ancré dans notre société.

On assiste néanmoins ces dernières années à une volatilité importante des prix des matières premières. Pour le moment, les prix sont très bas, ce qui est un défi pour les business modèles circulaires. Mais les prix des matières premières augmenteront certainement dans le futur, tout simplement parce qu’elles sont pour certaines d’entre elles de plus en plus rares. Passer à des modèles d’économie circulaire deviendra alors d’autant plus pertinent et viable économiquement.

2. Les voitures électriques

L’idée n’est pas neuve, Ferdinand Porsche l’avait déjà proposée au début des années 1900. Mais la rentabilité économique et les aléas de l’Histoire ont fait que le pétrole a finalement été choisi.

La voiture électrique revient au goût du jour, et aujourd’hui, la technologie est là pour supporter son développement. Mais trois problèmes persistent :

  • l’autonomie est trop courte,
  • le temps de charge trop long,
  • le coût de fabrication (et donc le prix de vente) trop élevé.
d’ici 2023 - 2025, le prix d’achat entre une voiture électrique sera identique à celui de son homologue à combustion

Les années 2020 seront des années charnières pour surmonter ces obstacles. De nouvelles batteries vont faire leur apparition et permettre d’augmenter l’autonomie des voitures à 800 km. Un projet est également porté par la Commission européenne pour développer le réseau de stations de recharge rapide. Grâce à ces nouvelles bornes de recharge, la voiture pourra gagner une autonomie de 300 km en à peine 20 minutes. On est ici en présence d’un cas typique où la technologie permet de changer le cours de l’histoire. De plus, le coût de fabrication des batteries ne cesse de baisser. On peut donc prédire que d’ici 2023 - 2025, le prix d’achat entre une voiture électrique sera identique à celui de son homologue à combustion. La technologie amène donc une solution aux problèmes des voitures électriques.

3. Production d’électricité

Si toutes les voitures roulaient à l’électricité, il faudrait augmenter la production d’électricité de 65 %. Aujourd’hui, le défi est là : pas dans la voiture elle-même, mais dans la production d’énergie. Comment produire plus d’électricité et peut-on la produire via des énergies renouvelables ?

Le coût de revient des énergies fossiles et nucléaires est assez faible, ce qui rend le développement d’énergies renouvelables économiquement difficiles. Mais à nouveau, la technologie peut aider et nous vivons une période intéressante dans ce domaine. Les sources d’énergies solaires et éoliennes sont en train de se développer et des technologies innovantes viennent concurrencer (en ce compris en termes de rentabilité) les processus « conventionnels" de production.

Après la période de transition, vient la croissance !
les nouvelles technologies génèreront une belle rentabilité économique

Historiquement, il y a souvent eu une opposition entre durabilité et croissance économique, mais cela ne veut pas dire que les deux ne sont pas compatibles. Certes, alors que la technologie évolue vite dans la période actuelle, les répercussions sur la croissance économique ne semblent pas encore au rendez-vous. C’est peut-être parce que nous sommes actuellement en plein dans une période transition. L’effet de la technologie n’est pas encore visible sur la croissance à grande échelle. Mais les changements sont en route, et on peut raisonnablement être optimiste : les nouvelles technologies génèreront une belle rentabilité économique et on peut donc s’attendre à un retour à un niveau plus élevé de croissance d’ici quelques années, tout en accordant plus d’importance à la durabilité du processus de croissance économique.

En savoir plus ?