Économie

1 décembre 2016

Rapport de tendance annuel sur les soins aux personnes âgées


Comment pouvons-nous faire en sorte que les soins aux personnes âgées restent accessibles et de qualité à l’avenir ? La réponse n’est pas simple. Raison de plus pour bien tenir le secteur à l’œil. ING et Probis ont décidé de publier un rapport de tendance annuel. La première édition paraîtra en février 2017. Nous vous en donnons déjà un premier aperçu.

Réforme du financement

"Les pouvoirs publics doivent investir dans les soins aux personnes âgées et cela signifie faire des choix et oser ajuster des budgets", selon le professeur Pacolet, HIVA KULeuven.

Bien que le professeur insiste sur le fait qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter, le secteur en lui-même connaît cependant pas mal de difficultés. Michel Van Stallen, CEO de Dorian Group : "Tout le monde doit se battre pour réunir de l’argent. Le financement MRS (maisons de repos et de soins) est laissé en plan depuis 2012. Il en résulte que les établissements travaillent avec des moyens dont ils ne disposent pas à proprement parler."

Johan De Muynck, directeur de Zorgbedrijf Anvers, approuve ces dires : "Le système de financement actuel est bien trop complexe." Une réforme est susceptible d’apporter davantage d’efficacité et de transparence.

Les pouvoirs publics optent ainsi dans le secteur de la personne handicapée pour un budget de suivi de la personne. Le client peut payer lui-même les soins nécessaires. Mais un système similaire est-il également possible pour les soins aux personnes âgées ?

Les défis des soins à domicile

Les soins aux personnes âgées ont en effet une autre dynamique que ceux aux personnes handicapées. De nombreux seniors reportent aussi longtemps que possible le déménagement vers un centre de repos et de soins. Cela signifie que les soins à domicile doivent être adaptés.

Dans un cadre résidentiel, l’organisation et la communication entre différents acteurs de soins sont facilitées parce qu’ils y sont réunis. Les choses sont différentes dans les soins à domicile. "Comment permettre aux acteurs des soins de collaborer de manière coordonnée lors de soins à domicile ? Comment abordons-nous l’isolement ? Les soins à domicile s’accompagnent de nouveaux défis", selon Patrick Vrydaghs, Business Unit Manager Elderly Care chez Corilus. Différentes formes d’accueil seront nécessaires, comme des appartements bénéficiant d’une assistance, des séjours courts, l’accueil de nuit, etc. De cette manière, les intervenants de proximité peuvent être soulagés un moment.

Les soins à domicile ont aussi un impact sur les travailleurs. Lorsque les seniors n’entrent en centre de repos et de soins qu’à un âge ultérieur, leur demande de soins est souvent plus importante. Cela ne fera encore qu’augmenter la pression pour les travailleurs.

La technologie combinée à une approche humaine

Les nouvelles techniques et la digitalisation jouent aussi un rôle important dans l’organisation des soins aux personnes âgées. La technologie revêt toute son importance lorsqu'il s'agit d'offrir des soins variés et de différents acteurs de soins. Environ la moitié des centres de repos et de soins ont numérisé les dossiers de soins et la distribution de la médication. Les pouvoirs publics flamands ont misé sur cette évolution en libérant des budgets pour des plates-formes comme Vitalink, eHealth, etc. Une accélération est dès lors attendue dans les années à venir.

Des ressources de plus en plus nombreuses sont également proposées aux clients, comme des systèmes avec prévention des chutes ou boutons d’alarme. De quoi faciliter la vie en autonomie prolongée.

Johan Demuynck a souligné qu’une approche chaleureuse et humaine était indispensable et qu’il convenait de s’y atteler fermement. "Une technologie qui permet par exemple à des patients de se laver plus rapidement ne signifie pas que les soins sont meilleurs. ‘Quality time’ signifie également ‘quantity time’."

Que réserve l’avenir ?

Des évolutions importantes sont en cours actuellement dans le secteur des soins aux personnes âgées. Il est donc important que tant les pouvoirs publics que les professionnels des soins de santé y soient attentifs. Pour compenser le vieillissement, une offre diversifiée sera nécessaire. Ce n’est qu’ainsi que les clients pourront faire un choix informé en faveur de soins à domicile, d’un séjour résidentiel ou d’une forme mixte.

Les soins aux personnes âgées doivent ensuite continuer à satisfaire à des normes de qualité élevées. Les travailleurs s’y attellent d’ores et déjà largement. Il est donc important que la pression de travail n’augmente pas davantage. Le fait de maintenir les soins accessibles, tant pour le client individuel que pour les pouvoirs publics, constitue un défi tout aussi grand.

Et maintenant ?

Intéressé par le rapport de tendance à paraître prochainement ? Rendez-vous sur notre page "Économie" à partir de février. Vous avez encore des questions à adresser à nos experts du secteur ? N'hésitez pas à les contacter à l'adresse socialprofit.and.publicsector@ing.be