Private Banking

ING et le climat : en route pour le zéro net d’ici 2050

ING a plus de trois millions de clients et 7.500 collaborateurs à son actif. Nos activités ont donc un impact non négligeable sur notre société et l’environnement. ING poursuit d’ambitieux objectifs climatiques. Dans son récent « Rapport sur le climat », le groupe ING propose pour la première une vue d’ensemble de tous les éléments de son approche climat et du rapport qui existe entre eux.

L’approche climat d’ING se compose de trois volets :

  1. L’ambition climatique et l’impact de notre financement sur le réchauffement climatique. À travers l’approche Terra, lancée en 2018, ING compte aligner son portefeuille de crédits international de 700 milliards d’euros sur les objectifs internationaux fixés dans l’Accord de Paris sur le climat. Plus précisément, il s’agit d’orienter notre portefeuille de prêts de manière à limiter l’augmentation de la température mondiale à un maximum de 1,5 degré Celsius.
  2. La gestion des risques climatiques et environnementaux. Nous nous efforçons d’évaluer les risques climatiques dans notre portefeuille et prenons des mesures pour limiter l’impact du réchauffement climatique sur les activités d’ING.
  3. Notre action pour le climat est également liée à nos efforts pour la biodiversité, l’économie circulaire et les droits de l’homme. Par exemple, nous ne finançons pas la production et le développement d’armes nucléaires, de munitions à fragmentation ou d’autres armes controversées. Nous visons également l’élimination totale du financement actuel de l’industrie du tabac d’ici 2023, mais aussi de l’énergie basée sur le charbon d’ici 2025.

Le premier « Rapport sur le climat » d’ING

ING veut être claire et transparente sur la manière dont fonctionnent les mesures que nous prenons en matière d’action pour le climat. C’est pourquoi, pour la première fois, nous avons rassemblé tous les éléments de notre approche climat dans un rapport intégré, qui a été publié récemment. Le « Rapport sur le climat » met notamment en évidence les points suivants :

  • L’approche Terra se concentre sur la transition des secteurs responsables de la plupart des émissions de gaz à effet de serre. Sur les neuf secteurs éligibles pour Terra, cinq sont en transition écologique : la production d’électricité, l’automobile, l’immobilier résidentiel, le transport maritime et les combustibles fossiles. Trois autres secteurs (l’acier, le ciment, l’immobilier commercial) sont en moins bonne posture, mais dépassent de moins de 5 % leur objectif d’adaptation au climat. L’aviation est bien au-dessus des prévisions en raison de l’impact extraordinaire que la Covid-19 a eu sur le secteur en 2020.
  • Des objectifs intermédiaires pour stimuler le progrès : nous souhaitons fixer de nouveaux objectifs intermédiaires pour tous les secteurs éligibles à Terra d’ici la fin 2022.
  • Un état des lieux régulier : pour gagner encore plus en transparence, nous avons publié cette année un instantané des émissions absolues liées à notre portefeuille de prêts. Nous continuerons à mettre à jour ces chiffres, ainsi que les chiffres de nos ambitions climatiques, que nous publions dans le cadre de l’approche Terra.
  • Soutenir la transition énergétique : le secteur financier aura un rôle majeur à jouer dans la mobilisation des fonds nécessaires au développement de produits et de services à faible émission de carbone pour les nouveaux marchés et aux investissements à grande échelle dans les nouvelles technologies énergétiques.
  • Atteindre l’objectif zéro dans nos propres opérations : nous surveillerons et gérerons étroitement notre impact sur l’environnement, nous investirons dans des solutions d’efficacité opérationnelle et nous achèterons de l’énergie 100 % renouvelable et locale pour les bâtiments que nous gérons.

Le texte intégral du premier « Rapport sur le climat » du groupe ING peut être consulté ici.

Vous souhaitez en savoir plus ?