Famille

L’assurance décès : tout ce qu’il faut savoir

Votre famille mérite toujours la meilleure protection. Aussi, en cas de coup dur, vous ne voudriez pas la voir aux prises avec des problèmes financiers.

Partant de là :

Comment faire pour éviter que vos proches ne se retrouvent pas dans la difficulté pour assumer les dépenses prévues et imprévues à votre décès ? Et aussi, comment éviter qu’ils aient à puiser dans leur propre épargne pour devoir acquitter des droits de succession (élevés) ?

Quelle est l’utilité d’une assurance décès ?

Une assurance décès peut se révéler utile dans plusieurs cas de figure.


 

Pour résumer, l’assurance décès offrira un filet de sécurité financier solide à votre conjoint et à vos enfants si vous veniez à décéder.

Quels sont les différents types d’assurances décès ?

La règle générale est que, à votre décès, l’assureur versera un capital établi à l’avance à vos bénéficiaires. Ce capital peut prendre la forme d’une grosse somme d’argent, mais aussi celle d’une rente (et donc d’un montant que l’assureur versera à intervalles réguliers).

 

Il existe trois types d’assurance décès :

 

  • L’assurance décès temporaire

Cette assurance est souvent choisie lorsque l’on souhaite compenser la perte de revenus liée au décès du principal soutien du ménage. Au décès de l’assuré, l’assureur verse un capital décès avant l’expiration d’une période établie à l’avance (p. ex. 15 ou 20 ans).

 

  • Assurance décès vie entière

Dans le cas d’une assurance décès vie entière, le capital assuré est toujours versé. Au décès de l’assuré, l’assureur verse le capital. Ces polices d’assurance ont souvent la forme d’une assurance obsèques. La police sert alors à payer les droits de succession ou à financer les obsèques.

 

  • L’assurance solde restant dû

Il s’agit sans doute de l’assurance décès la plus connue. Dans le cadre d’un prêt hypothécaire, les emprunteurs souscrivent souvent une assurance solde restant dû, bien que celle-ci ne soit pas obligatoire. Néanmoins, les prêteurs (les banques ou les autres institutions de crédit) demandent généralement d’en souscrire une. Si l’assuré décède avant l’échéance du crédit, le solde restant dû du crédit (ou une partie de celui-ci) est remboursé.

En apprendre plus sur l'assurance solde restant dû

Quels sont les principaux risques qu’une assurance décès ne couvre pas ?

Le décès de l’assuré n’est jamais couvert dans les situations suivantes :

  • en cas de suicide, dans l’année qui suit l’entrée en vigueur du contrat ;
  • lorsque le décès a été causé par un acte intentionnel ou a été incité par l’un des bénéficiaires ;
  • lorsque le décès est consécutif à un fait de guerre (civile).

Il existe cependant encore d’autres exclusions, de sorte qu’il est toujours très important de lire les conditions générales et la fiche d’information avant de souscrire une assurance décès.

Envie d’en savoir plus ?

Si vous souhaitez en savoir plus sur les avantages de l’assurance décès pour vous-même et vos proches, consultez notre site web ou prenez rendez-vous avec votre conseiller ING.