Pension

25 janvier 2018

Plan de pension en Belgique: assurez-vous d’avoir assez

Calculer le montant de vos revenus lorsque vous serez retraité peut être un exercice délicat si vous avez vécu et travaillé pour des entreprises privées dans plusieurs pays. Vous pouvez aussi avoir travaillé à temps partiel voire ne pas avoir travaillé du tout pendant plusieurs années. Penser à ces années dorées peut alors se révéler plus stressant que réjouissant.

En Belgique, la pension maximale est accordée après 45 ans de travail. Selon l’Office national des pensions, la pension mensuelle brute maximale octroyée par l’État s’élève actuellement à 2 988 € pour les couples et à 2 391 € pour les individus. Les minimums se situent respectivement à 1 526 € et 1 221 €.

Gardez toutefois à l’esprit que les taux d’imposition en Belgique comptent parmi les plus élevés d’Europe. Par ailleurs, si vous n’atteignez pas le nombre maximal d’années de travail nécessaires, votre pension brute pourrait être considérablement réduite.

Les expatriés seront obligés de demander des prestations à chaque pays dans lequels ils auront vécu et travaillé. Si vous devez les solliciter auprès d’un pays de l’EEE (les États membres de l’UE plus l'Islande, Liechtenstein et la Norvège) ou la Suisse, un système pratique met en relation l’Office des pensions belge avec les autres pays afin de déterminer vos paiements de pension pour vous.

Si vous avez travaillé en dehors de ces pays, vous devrez contacter vous-même l’État en question pour bénéficier de paiements de pension.

L’épargne-pension personnelle

Étant donné qu’il peut être difficile de calculer plusieurs décennies à l’avance le montant exact que vous recevrez chaque mois (et que vous ne pouvez pas savoir quelle sera votre situation à ce moment-là), l’épargne-pension personnelle constitue une excellente décision financière. Vous épargnerez non seulement pour étoffer vos revenus après votre retraite, mais vous profiterez aussi d’une réduction fiscale aujourd’hui.

Si vous bénéficiez d’un plan de pension par le biais de votre employeur, cela représente un grand avantage pour vous. Néanmoins, vous avez tout de même intérêt à investir dans votre propre fonds de pension privé. La plupart des travailleurs ne restent pas toute leur vie chez un seul employeur. La somme versée par ces fonds peut donc être inférieure à vos attentes. Il est aussi primordial de garder un œil sur ces fonds si vous quittez un employeur : Vous devrez réclamer les prestations au moment de votre pension, pas l’employeur.

Les plans d’épargne-pension sont des investissements dont le rendement potentiel dépendra de votre aversion au risque. Les plans à haut risque se composent d’un portefeuille d’actions, d’obligations et de liquidités. Plus le risque est élevé, plus le rendement potentiel sera élevé lorsque vous atteindrez l’âge de la pension. Les plans à faible risque s’accompagnent de taux d’intérêt fixes et supérieurs à ceux d’un compte d’épargne.

Une réduction fiscale aujourd’hui

Il existe deux types d’investissements de pension en Belgique : l’épargne à long terme et l’épargne-pension.

  • Si vous bénéficiez d'une réduction d’impôts en raison de remboursements hypothécaires, mieux vaut opter pour l’épargne-pension. Étant donné que l’épargne à long terme rentre dans la même catégorie d’allègement fiscal que les remboursements hypothécaires, toute réduction d’impôts liée à l’épargne est annulée.
  • Si vous n’avez pas contracté de crédit hypothécaire, l’épargne à long terme est toutefois plus avantageuse fiscalement. Chacun des plans entraîne une réduction d’impôt annuelle équivalente à 30 % de ce que vous versez dans le plan. Donc, par exemple, si vous versez 700 € dans un plan, vous paierez 210 € d’impôts en moins.

Actuellement, la réduction fiscale est toutefois plafonnée à 2 260 € de dépôts par an pour un plan d’épargne à long terme. Cela correspond à une diminution d’impôt annuelle maximale de 682 €.

Dans le cas de l’épargne-pension, le plafond s'élève à 940 € pour les dépôts annuels, ce qui équivaut à une réduction fiscale maximale de 282 €. Gardez ceci à l’esprit si vous prévoyez d’effectuer des dépôts annuels plus importants ou de conserver plusieurs fonds.

La nouvelle période budgétaire pour 2018 a vu naître un second calcul pour l’épargne-pension : Une réduction fiscale de 25 % (au lieu de 30 %) sur un dépôt maximal de 1 200 €. Cela augmente la diminution maximale, et la fait passer à 300 €. Les investisseurs pourront choisir le système qu’ils utiliseront.

Pénalités

Les plans de pension en Belgique prévoient des versements forfaitaires, avec un taux d’imposition de 8 % lorsqu’ils sont effectués à 65 ans, l’âge légal actuel de la retraite. Une retraite anticipée implique des taux d’imposition plus élevés : 16,5 % de 62 à 64 ans, 18 % de 60 à 61 ans.

Cependant, les retraités qui retirent le capital de pension complet et l’utilisent pour acquérir une rente viagère seront imposés à un taux de 0,81 % du capital qu’ils abandonnent.

Les fonds de pension exigent des frais d’entrée, qui correspondent à un pourcentage de ce que vous versez. Il s’agit en réalité de frais de service que vous payez à la banque ou la compagnie d’assurances à laquelle vous achetez le fonds. Il est fréquent de trouver des offres spéciales à 0 %, tandis que certaines montent jusqu’à 6 %. Assurez-vous de connaître les frais d’entrée avant de signer.

Des frais de service sont aussi prévus pour chaque dépôt que vous effectuez. Ils sont généralement inférieurs à ceux du premier dépôt. Vous pourriez donc payer 3 % pour vos frais d’entrée (premier dépôt), et entre 1,5 ou 2 % pour les dépôts ultérieurs.

Préparez votre pension en Belgique ?