FAMILLE

30 juin 2017

Assurer un logement adapté à un parent qui perd en autonomie : les différentes solutions et les moyens de financement


Un jour, il se peut que vos parents âgés perdent en autonomie et aient besoin d’un logement mieux adapté à leur situation. Et s’il était temps de penser aux solutions disponibles et à leur impact sur vos finances personnelles ?

C’est un sujet difficile, parfois tabou, et pourtant tellement réel. En vieillissant, vos parents perdront leur autonomie, ils ne pourront plus conduire, cuisiner, tondre la pelouse, monter les escaliers… Ils auront besoin de services et parfois de soins particuliers.

La question du logement est cruciale, parce que les besoins de vos parents engendreront des coûts ou des investissements importants qui doivent être planifiés. Pour que la transition se passe dans les meilleures conditions, anticipez toutes les questions et préparez avec votre banque le financement de cette étape clé, dès aujourd’hui.

Quel logement choisir ?

En moyenne, les seniors restent indépendants jusqu'à 80 ans : ils sont 75 % à vivre encore chez eux, sans aide. 15 % vivent en maison de repos et 10 % bénéficient d’une aide à domicile. Passé 89 ans, ils sont 38 % à se tourner vers les maisons de repos. Les autres vivent principalement chez eux, avec ou sans recours aux services d’aide à domicile.

Ceci dit, ce n’est une surprise pour personne, on assiste depuis quelques années au vieillissement de la population. L’offre de logements pour les personnes âgées s’est donc naturellement étendue et diversifiée.

Quelles sont les options et à qui conviennent-elles ?

Pour garder un œil attentif sur leurs parents âgés en perte d’autonomie, 11 % des Belges seraient prêts à les accueillir chez eux. Si faire venir ses parents à domicile permet de rester proche, ce n’est pas une décision qui se prend à la légère. Il est essentiel de comprendre l’implication nécessaire et les conséquences sur votre intimité (ainsi que sur celle de vos parents).

Quel impact pour vos finances ?

On pourrait penser que l’accueil de ses parents âgés est la solution la moins coûteuse, mais cela dépend surtout de leur état de santé. Car le matériel et les soins médicaux peuvent vite devenir onéreux : aménagement d’une salle de bain sécurisée ou d’un monte-escalier. Vous pourriez donc être amené à demander un prêt rénovation auprès de votre banque.

De plus, en fonction des soins, il est nécessaire de faire également appel à une aide à domicile, un infirmier ou un kinésithérapeute. En Belgique, 70 % des bénéficiaires des services d’aide à domicile sont âgés de 60 ans et plus. À titre d’exemple, les honoraires forfaitaires par journée de soins pour des patients lourdement dépendants varient de 17,11 à 45,12 €, remboursés entre 12 et 40 € par la mutuelle. Plus d’infos sur le site belgium.be.

Bon à savoir

En qualité de personne accueillante d’un parent âgé à charge chez vous, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôts. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet sur le site du SPF Finances et sur l’application de déclaration d’impôts My Minfin.be.


C’est un logement privatif associé à des services collectifs. Vos parents âgés peuvent en être propriétaires ou locataires. Ils bénéficient d’un environnement sécurisé et de services communs (restauration, ménage mais aussi salle de sport ou sauna) tout en continuant à vivre de manière indépendante.

Les logements sont adaptés à leurs besoins physiques et les personnes qui y résident sont moins isolées, tout en conservant leur autonomie. L’âge moyen est de 81 ans.

Pour en savoir plus sur le marché des résidences-services en Belgique, lisez l’étude complète réalisée par ING en collaboration avec Probis.


Quel impact pour vos finances ?

Le choix d’acheter un appartement dans une résidence services représente un investissement judicieux, mais il faut pouvoir le financer. En effet, le marché montre un intérêt grandissant pour ce type de logement et les prix ne cessent de grimper : des petits appartements vendus 150.000 € aux appartements les plus luxueux dont les prix dépassent parfois les 350.000 €. Bien évidemment, cette solution doit s’anticiper un maximum, surtout si les parents âgés ont besoin d’un prêt pour financer tout ou une partie de l’achat.

Pour les locataires, on estime le loyer mensuel moyen à hauteur de 1.200 €, sans compter les services (fourchette basse).

Il s’agit d’un établissement qui, sous la forme d’une résidence collective, vise à maintenir tant que possible l’autonomie des seniors. Le personnel se charge des repas, des médicaments, des soins de santé et parfois de la toilette des patients. La moyenne d’âge d’entrée dans une maison de retraite est de 85 ans.

Si elles ont longtemps souffert d’une image négative, il faut souligner que les maisons de repos font de gros efforts pour rendre la vie agréable à leurs résidents. Des activités et loisirs sont proposés quotidiennement, la nourriture y est variée, et le cadre de vie est convivial.

Quel impact pour vos finances ?

L’accueil en maison de retraite a aussi un coût important, puisque les pensionnaires y sont pris en charge à 100 %. Selon la région et la structure d’accueil (en CPAS ou dans le privé), les prix varient entre 1.100 € et 1.650 € par mois.

Plusieurs modèles cohabitent. Celui qui semble percer en Belgique est l’accueil chez les parents âgés d’un étudiant dans une petite chambre de la maison, en échange de quelques services (courses, petits travaux) et surtout d’une présence sécurisante, attentive et bienveillante. Le succès est croissant : 200 seniors en 2015, et plus de 330 binômes en 2016.

Il existe aussi des familles qui accueillent des seniors sous leur toit, pour les sortir de leur isolement. Dans tous les cas, ces solutions conviennent aux personnes âgées en bonne santé et surtout, suffisamment ouvertes d’esprit pour loger un(e) inconnu(e) sous leur toit. Plus d’infos auprès de l’association 1toit2ages.be.

Quel impact pour vos finances ?

La colocation intergénérationnelle offre une alternative intéressante : il est demandé au jeune colocataire une participation de 180 ou 300 €/mois, en fonction des services rendus au senior. Pendant quelques années, et si l’état de santé du parent âgé le permet, cette formule peut être l’occasion de mettre un peu d’argent de côté et de préparer un déménagement dans une résidence ou maison de retraite.

Aides et financement pour le logement de vos parents âgés
L’allocation pour l’aide aux personnes âgées

L’APA est versée aux personnes âgées de plus de 65 ans qui, du fait d’un handicap, ne peuvent plus exercer leurs activités quotidiennes (cuisiner, nettoyer, se laver, etc.) Le montant alloué dépend à la fois du degré d’autonomie de la personne et de ses revenus. Une simulation permet d’estimer l’allocation à laquelle elle a droit, sous la forme d’un fichier Excel à compléter sur handicap.belgium.be. Plus d’infos sur www.socialsecurity.be.

Aides régionales et communales

Ces aides interviennent dans la prise en charge des frais liés aux travaux nécessaires pour adapter un logement, la location de matériel (comme un fauteuil roulant), etc. Prenez contact avec votre commune ou auprès de bienvivrechezsoi.be.
Aussi, la Région flamande a mis en place l’assurance dépendance, soutien financier apporté aux personnes en perte d’autonomie.

L’épargne et les investissements

C’est la solution idéale pour anticiper les besoins en trésorerie dont vous pourriez avoir besoin dans les années à venir. En fonction de vos revenus et de vos envies, vous pouvez opter pour l’assurance épargne qui garantit un rendement sûr ou le fonds d’épargne qui propose un rendement potentiellement plus élevé, sans garantie de capital. Une autre solution particulièrement adaptée est la rente, une assurance-vie qui garantit une rente à vie et un capital disponible à tout moment.

Le prêt rénovation

Pour effectuer des travaux dans le domicile de vos parents ou dans le vôtre afin de mieux les accueillir, pensez à un emprunt comme le prêt rénovation qui est l’option idéale pour financer facilement tous vos travaux à un taux fixe, garanti et sans frais supplémentaires.

Et maintenant ?