Travailler

Négocier le salaire de son premier job: comment s'y prendre ?

Négocier son salaire quand on vient juste d'obtenir son diplôme n'est pas chose aisée. Car oui, vous n'avez pas encore d'expérience en la matière, c'est logique. Et en plus, vous ressentez l'envie de commencer à travailler le plus rapidement possible. Alors comment négocier un bon salaire?

Connaissez votre valeur

La connaissance est la clé. Si on vous demande ce que vous voulez gagner, vous devez savoir exactement ce que vous valez. Il faut donc être correctement préparé à cette fameuse question. Pour ce faire, vous pouvez par exemple vous faire une première idée des salaires auprès de personnes travaillant dans la même entreprise, dans le même secteur ou au même poste que celui qui vous intéresse. 

Vous pouvez aussi consulter le Baromètre des salaires de Jobat. Vous y découvrirez combien gagne une personne au même profil que vous. D’ailleurs, voici une information bonne à savoir : selon Jobat, le salaire moyen en Belgique est de 2.561 euros brut en début de carrière.

Vous disposez d’un diplôme recherché sur le marché de l’emploi ? Ou vous avez choisi une profession en pénurie ? Alors vous êtes en position de négocier. Mais attention à ne pas se griller les ailes : restez réaliste.

Dans de nombreux secteurs, les salaires se basent sur des échelles de rémunérations ou des barèmes. C’est par exemple le cas dans le secteur de l’éducation ou des soins de santé. Dans ces secteurs, il est impossible de négocier son salaire. 

Une info intéressante :

 Vous venez d’obtenir votre diplôme? Ne perdez pas de vue les nombreuses tâches administratives à régler. Découvrez ici les 5 choses importantes auxquelles il faut penser.

Pensez aux avantages extra-légaux

Le salaire qui tombe chaque mois sur votre compte en banque est évidemment important. Mais lorsque vous négociez votre salaire, vous devez voir plus loin. En Belgique, un salarié bénéficie en moyenne de six avantages extralégaux, toujours selon Jobat.

Pensez donc aux plus importants : 

  • ·Chèques-repas. Généralement, ils ne sont pas négociables car cet avantage figure dans une convention collective de travail (CCT).
  • Prime de fin d’année. Certaines entreprises offrent à leurs employés une prime de fin d’année, ou un ‘treizième mois’. Mais attention : vous payez aussi des impôts et des cotisations de sécurité sociale sur cette prime car elle fait partie de votre salaire.
  • Assurance hospitalisation. Vous avez des frais médiaux à payer qui ne sont pas couverts par la sécurité sociale ? Une assurance hospitalisation prend une bonne partie de ces frais en charge.

La flexibilité des horaires de travail ou des vacances est importante pour vous ? Vous souhaitez suivre des formations ? Alors n’oubliez pas d’inclure ces éléments dans vos négociations. 

Parlez de votre salaire au bon moment

Gardez ces 3 règles de base à l’esprit :

  • Ne parlez pas de votre salaire avant la fin du processus de recrutement. Une entreprise manifeste son désir de travailler avec vous? C’est le signe du top départ pour les négociations.
  • Parlez toujours du salaire brut. Car oui, parler du salaire net n’est pas très professionnel. Ce que vous obtiendrez réellement après impôts dépend de votre situation. Il est donc préférable de calculer votre salaire net chez vous après l'entretien.
  • Laissez votre employeur potentiel évoquer un montant en premier. De cette façon, vous serez en position de force lors de la négociation salariale.  

Conseil

Si le recruteur vous demande combien vous voulez gagner, répondez que l’entreprise a probablement prévu un montant pour le poste auquel vous postulez. Ajoutez également que vous voudriez connaître ce montant et qu’un recruteur est le mieux placé pour savoir quels sont les salaires habituels dans l’entreprise. 

Besoin d’un compte à vue ?

Votre premier emploi ? Un moment important, qui implique aussi de mettre de l’ordre au niveau administratif. Et de réfléchir à la banque idéale pour recevoir votre salaire