Bâtir votre capital

28 mai 2021

Épargner ou investir : comment faire le bon choix ?

Compte tenu de la faiblesse des taux d’intérêt, investir peut être une bonne solution pour obtenir un meilleur rendement potentiel. Mais quels sont les éléments à prendre en compte pour faire le bon choix ? Tour d’horizon.

1. Mon épargne ne rapporte quasiment rien... quand cela va-t-il changer ?

Les taux des comptes d’épargne réglementés ne devraient pas augmenter au cours des prochaines années. La rémunération de l’épargne dépend principalement de la Banque centrale européenne (BCE). Depuis la crise bancaire et financière de 2008, la BCE a baissé ses taux. Et depuis 2016, son taux directeur est d’ailleurs… nul. L’objectif de la BCE est de rendre les prêts (pour les investissements notamment) les plus abordables possible.

Après cinq années de taux d’intérêt plancher, rien n’indique que la BCE ait l’intention de remonter ses taux. Étant donné le niveau d’endettement croissant des pouvoirs publics et des entreprises, la BCE ne pourrait d’ailleurs pas se permettre de réévaluer ses taux car cela mettrait en péril la reprise économique.

Si une hausse devait néanmoins intervenir au cours des prochaines années, elle serait extrêmement mesurée, dans le but de ne pas perturber les marchés financiers. Qui plus est, elle ne se traduirait pas pour autant par une remontée significative du taux d’intérêt des livrets d’épargne.

En d’autres termes, si vous souhaitez obtenir un rendement potentiellement plus élevé pour vos économies, pourquoi ne pas envisager l’investissement ? Votre interlocuteur ING se fera un plaisir de vous aider à trouver la solution la mieux adaptée à votre situation, à vos besoins et à vos objectifs.

2. Du rendement sans prendre de risques, est-ce possible ?

Le principal inconvénient de l'épargne est que, depuis plusieurs années, le niveau des taux d’intérêt est historiquement bas (taux de base 0,01 % et prime de fidélité 0,10 %), alors que l’inflation est légèrement supérieure. Ces cinq dernières années, l’inflation s’est élevée en moyenne à 1,7 % par an (source : Banque Nationale de Belgique, 2016 - 2020). Concrètement, cela signifie que si vous déboursiez 100 euros pour votre caddy l’année passée, ce même caddy vous coûte désormais 101,7 euros. Dans le même temps, les 100 euros que vous avez placés sur votre compte d'épargne n'ont augmenté que de 0,11 euro. Vous perdez donc 1,59 euro de pouvoir d’achat pour 100 euros d'économie.

Que ce soit sur un compte d'épargne (risque d’inflation) ou dans l’immobilier (risque de loyer impayé, dégradation…), tout type d’investissement comporte une certaine part de risque. Si votre appétence pour le risque est faible, le rendement potentiel sera limité. Si vous êtes disposé(e) à prendre davantage de risques, vous pouvez espérer un rendement potentiel supérieur à celui d’un compte d’épargne.

Le risque que vous êtes prêt(e) à courir vous appartient. Avant de commencer à investir, votre interlocuteur ING déterminera avec vous votre profil d’investissement. Celui-ci est établi par le biais d’un questionnaire sur vos connaissances financières, votre attitude face aux risques, vos objectifs financiers, etc.

 

3. Investir peut rapporter davantage qu’épargner. Mais combien exactement ?

Le rendement potentiel dépend de nombreux facteurs, qui vont plus loin que les catégories d’actifs (actions risquées ou obligations de bonne qualité par exemple). L’horizon d'investissement, à savoir la période durant laquelle la somme investie peut être immobilisée, est tout aussi important. En effet, si vous prévoyez de placer vos avoirs pendant trois ans, le retour sur investissement sera relativement faible. En revanche, si vous investissez pour une période de 25 ans, votre retour sur investissement sera potentiellement plus élevé.

4. Faut-il être expert pour investir ?

Investir n’implique pas de lire chaque jour le Wall Street Journal ou d’être un(e) expert(e) en analyse boursière. La majorité des investisseurs n'ont ni le loisir, ni le temps de suivre au quotidien l’évolution de leurs investissements. Et ce n’est, de toute façon, pas nécessaire.

En optant pour un fonds d’investissement (1), vous confiez la gestion quotidienne de votre épargne à une équipe d'experts financiers. Un fonds est assimilable à un panier pouvant contenir des dizaines, voire des centaines d’actions et/ou d'obligations.

Chaque fonds suit une stratégie d'investissement bien spécifique. Rien ne vous empêche d’ailleurs d’opter pour plusieurs stratégies simultanément en investissant dans plusieurs fonds différents. Vous pouvez, par exemple, choisir un fonds qui investit dans des entreprises asiatiques, un autre qui se concentre sur l'intelligence artificielle et un troisième dédié à l'énergie durable. Votre interlocuteur ING se fera un plaisir de vous aider à choisir les fonds les mieux adaptés à votre profil.

5. Commencer à investir, oui mais comment ?

Vous avez décidé de sauter le pas et d’investir progressivement ? Dans ce cas, un plan d'investissement périodique peut être la solution. Vous investissez régulièrement (par exemple chaque mois, tous les trois mois…) un certain montant dans un fonds.

En investissant de petites sommes à intervalles réguliers, vous atténuez l’impact des hausses et des baisses inhérentes aux placements, tout en obtenant à terme un rendement potentiel plus élevé.

À court terme, il est impossible d’anticiper l’évolution de la bourse. D’où l’importance de maintenir une certaine régularité. Particulièrement lorsque les marchés montrent des signes de faiblesse car c’est dans ces moments-là que les opportunités sont les plus nombreuses.

En investissant de manière périodique, vous éliminez également le risque de prendre des décisions en fonction de l’humeur des marchés et donc d’acheter quand tout le monde achète et de vendre quand tout le monde vend... À long terme, il est préférable de conserver la stratégie et l’horizon d’investissement que vous vous êtes fixés, plutôt que d'entrer et de sortir constamment des marchés.

Prêt(e) à investir ?