Gérer votre budget

25 septembre 2020

Vendre en seconde main : une stratégie payante

Alors que l’été touche à sa fin, le moment est venu de faire place nette dans votre dressing et votre grenier. Pourquoi ne pas en profiter pour vous faire un peu d’argent en revendant les affaires dont vous ne vous servez plus ?

Alors que le soleil se couche un peu plus tôt chaque soir et que la météo risque de devenir capricieuse, le moment est venu de passer en mode cocooning. Il est temps ranger les meubles de jardin, de vérifier l’état de la chaudière et de ressortir manteaux, écharpes et bonnets.

Pour un grand nombre d’entre nous, l’automne est l’occasion de faire du tri dans nos affaires. Un vieux vélo d’enfant qui encombre le garage ? Un cadeau de Noël sans intérêt que nous conservons depuis bientôt un an sans oser nous en défaire ? Une armoire reléguée au grenier parce qu’elle ne correspond plus à notre décoration ? Se débarrasser des choses encombrantes ou inutiles permet non seulement de faire de la place, mais procure également un sentiment de zénitude, comme si, en désencombrant la maison, on faisait le vide dans son esprit.

3 conseils rapides pour partir du bon pied

  • Prévoyez suffisamment de boîtes et de sacs.
  • Bloquez quelques heures pour mener à bien votre projet de désencombrement. Ne remettez pas à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui. Attention : trier et ranger pendant toute une journée peut se révéler fastidieux.
  • Afin d’éviter de vous disperser, travaillez pièce par pièce.

Donnez

Plutôt que de déposer vos encombrants au parc à conteneurs, faites-en don à vos proches, à vos amis ou à une association caritative. Une alternative consiste à les amener dans un magasin de récupération tel que Les Petits Riens. Si vous habitez en Flandres, vous pouvez également vous tournez vers « Kringwinkel », une organisation qui récolte gratuitement chaque année quelque 55 millions de biens, ce qui représente une économie de 73 000 tonnes de CO2, et procure du travail à plus de 5 000 personnes. Quant aux « Petits Riens », il s’agit d’une entreprise d’économie sociale comprenant 27 boutiques et dont l’objectif est de lutter contre la pauvreté et l’exclusion.

Les magasins de seconde main ont le vent en poupe

Vous pouvez également vendre vos affaires. En Belgique, les magasins de seconde main suscitent incontestablement un engouement considérable. En 2019, quatre familles belges sur dix ont acheté au moins un article de seconde main, pour un montant moyen de 118,40 euros. Pour une sur cinq, ce montant était même supérieur à 200 euros. Ces chiffres résultent d’une enquête effectuée à la demande de 2ememain.be, de De Kringwinkel, ainsi que d’un certain nombre d’acteurs du secteur de l’occasion.

La popularité des magasins de seconde main s’explique aisément : il s’agit d’une démarche durable qui s’inscrit parfaitement dans l’air du temps. Le produit le plus durable est celui qui existe déjà. D’autre part, l’aspect économique joue actuellement un rôle extrêmement important : la crise générée par le coronavirus a en effet incité bon nombre de gens à restreindre leur budget.

Un grand nombre de Belges ont profité du confinement pour trier, faire du rangement et désencombrer. Lorsqu’ils ont rouvert en mai, les magasins de seconde main ont été confrontés à un afflux inhabituel de marchandises.

Et si votre grenier ou vos espaces de rangement renfermaient des trésors oubliés ? Si vous souhaitez vous débarrasser d’affaires devenues inutiles, rendez-vous dans un magasin de seconde main. Outre les magasins locaux, il existe des chaînes telles que Cash Converters ou Troc lesquelles, après avoir estimé l’objet, négocient le prix. Une fois d’accord sur le prix, soit vous touchez votre argent immédiatement, soit vous êtes payé(e) lorsque l’objet est effectivement vendu.

En 2019, quatre familles belges sur dix ont acheté au moins un article de seconde main

« Seconde main ? Des vêtements pour enfants aux accessoires qui effraient ! »

Un pantalon trop petit, un jouet tombé en disgrâce, un tricycle devenu obsolète… Maman de deux enfants, la blogueuse Xiana Bossaert a découvert, il y a quelques années, l’attrait des articles de seconde main. « Au début, je participais à des brocantes. Or, rien n’est plus aléatoire qu’une brocante. La probabilité qu’une personne soit précisément intéressée par ce que vous vendez est relativement restreinte », explique en souriant l’organisatrice d’événements originaire de Zonnebeke. « J’apprécie encore l’atmosphère des marchés à la brocante. Cependant, la vente en ligne vous permet d’atteindre un public beaucoup plus large, sans que vous soyez obligé(e) d’attendre pendant des heures le chaland potentiel. »

Depuis 2019, Xiana est littéralement accro à l’app' Vinted, à laquelle elle consacre régulièrement des articles sur son blog. « Au début, j’utilisais l’appli de manière occasionnelle. Depuis, avec plus de 200 objets vendus - principalement des vêtements pour enfants – c’est devenu un véritable hobby », dit-elle en souriant. « Pour ma part, j’achète fréquemment des articles de seconde main sur Vinted. Le principe s’apparente à celui des vases communicants : le bénéfice de mes ventes sert à effectuer de nouveaux achats. J’utilise l’application quotidiennement. »

Outre les vêtements pour enfants, Xiana recherche également des accessoires d’occasion pour la maison et des objets de déco. Non seulement pour sa propre maison, mais aussi dans un but spécifique. « Depuis quelques années, à l’époque d’Halloween, mon partenaire et son frère aménagent des "maisons hantées". Il s’agit principalement d’immeubles en voie de démolition ou abandonnés qu’ils agencent selon un thème précis. Pendant les heures d’ouverture, des dizaines de figurants s’évertuent à créer une atmosphère anxiogène. Il va sans dire que nous nous procurons les accessoires sur des sites de seconde main : pièces de mannequins, scies usagées, masques à gaz… Ce ne sont pas les idées ni le matériel qui manquent ! »

Vendre d’occasion en ligne

Les brocantes sont un excellent moyen de revendre d’occasion les affaires dont vous n’avez plus l’utilité. Cependant, les sites de vente en ligne permettent d’atteindre un public beaucoup plus large. Parmi les plus connus, citons 2ememain.be, eBay et Facebook Marketplace. Ces dernières années, la popularité de Vinted n’a cessé de croître. Initialement, cette application était exclusivement destinée à la vente de vêtements. Désormais, on y trouve également de la déco, de la vaisselle, des produits de beauté et même des livres. Le petit plus par rapport aux autres sites et applications ? Les revenus générés par vos ventes sont conservés en toute sécurité dans un porte-monnaie virtuel. Vous pouvez utiliser cet argent pour financer vos propres achats ou le faire verser sur votre compte. Qui plus est, Vinted permet de télécharger une étiquette d’envoi à coller sur le colis, facilitant grandement l’aspect logistique de vos ventes. Outre les acteurs réguliers, comme jannonce.be, il existe un grand nombre de sites spécialisés, par exemple, dans le mobilier et les objets design et vintage (Mushishop, Atelier Belvédère), les voitures (Auto Scout24) ou visant des groupes-cibles spécifiques, tels que les étudiants (Kotplanet).

Quelques conseils pour mettre votre objet en valeur

  • Veillez à la propreté du produit que vous souhaitez vendre. Éliminez taches, poussière, taches de doigts, etc. Désinfectez ce qui doit l’être.
  • Soyez honnête. Si l’article est endommagé, griffé ou ébréché, n’hésitez pas à le signaler. Cela permettra à l’acheteur de décider en toute connaissance de cause et d’éviter toute discussion ultérieure. Le cas échéant, décrivez la raison pour laquelle vous vendez votre objet.
  • Afin qu’il n’y ait pas tromperie sur la marchandise, faites des photos représentatives. Faites quelques gros plans et prenez des clichés sous différents angles. Pour vos photos, utilisez la lumière naturelle et créez de préférence un fond neutre.
  • Donnez suffisamment d’informations. Si, par exemple, vous vendez une armoire, précisez ses dimensions et décrivez le matériau dans lequel elle est fabriquée.
  • Choisissez un titre accrocheur et soignez l’énoncé de votre annonce. Allez droit au but et relisez-la attentivement avant de la publier. Évitez les caractères majuscules et les signes cabalistiques. Utilisez différents mots-clés et synonymes, de sorte que les acheteurs puissent trouver plus facilement votre annonce.
  • Fixez un prix raisonnable. Les gens qui achètent en seconde main sont toujours à l’affût d’une bonne affaire. Dans la plupart des cas, vous serez incapable d’offrir une garantie et l’acheteur ne sera pas autorisé à retourner l’article s’il ne lui convient pas. Sachez à l’avance dans quelle proportion vous seriez disposé(e) à diminuer le prix.
  • Tenez compte de la saison. Une décoration de Noël ou des vêtements de ski se vendront mieux en hiver qu’en plein été.
  • Mettez-vous clairement d’accord sur le mode de paiement, de livraison, d’enlèvement ou de réception.

C’est le moment d’avoir une vue précise sur votre budget

Vous vendez régulièrement des vêtements ou des objets en ligne ?