Gérer votre capital

Investissements : comment réduire les risques ?

Si l’investissement s’avère potentiellement plus rentable que l’épargne, il n’est pas totalement dénué de risques. Voici quelques conseils pour les limiter.

1. Tenez compte de votre profil d’investisseur

Investir sans aucun risque est illusoire. En matière de placement, la règle d’or est : plus le risque est élevé, plus le rendement potentiel est important. Avant de vous lancer à corps perdu dans l’aventure, il convient de déterminer à quelle catégorie d’investisseurs vous appartenez. Déterminez non seulement quel rendement vous souhaitez obtenir et dans que laps de temps vous souhaite l’obtenir (en vérifiant bien sûr si vos attentes sont réalistes), mais tenez également compte des risques que vous accepterez de prendre au cours des années à venir. 


2. Répartissez vos investissements entre différentes actions et obligations

Investir la totalité de votre capital dans un produit unique, un marché de niche ou un secteur spécifique est extrêmement risqué. Que vous soyez débutant ou que vous vous appeliez Warren Buffet, le gourou américain de la finance, le credo de tout investisseur est : la diversification. Est-ce à dire qu’il faille à tout prix acheter des milliers d’actions et/ou d’obligations différentes ? Absolument pas. En l’occurrence, les fonds d’investissement* constituent une excellente solution. Un fonds d’investissement est une sorte de panier composé de dizaines, voire de centaines d’actions et/ou d’obligations différentes. 

-------

(*) Un fonds désigne un organisme de placement collectif ou OPC. L'OPC est un terme générique qualifiant des institutions qui collectent leurs moyens financiers auprès du public et dont l'activité consiste à gérer un portefeuille d'instruments financiers. Le terme « fonds » regroupe dès lors tant les sociétés d'investissement (sicav ou sicaf) que les fonds communs de placement, ainsi que leurs compartiments. 

Bon à savoir

Outre les fonds en actions et en obligations, il existe des fonds mixtes qui répartissent leurs avoirs dans différentes catégories d’actifs (par exemple en partie dans des actions et en partie dans des obligations). Il s’agit d’une autre manière intéressante de diversifier vos placements. 

3. Restez investi(e) pendant au moins trois ans

Vous envisagez d’utiliser votre épargne pour acheter une maison l’année prochaine ? Dans ce cas, il est préférable de laisser vos économies sur un compte car investir est une démarche qui s’inscrit dans la durée. En fonction de votre profil d’investisseur, privilégiez un horizon de placement de trois à sept ans, voire davantage. Vous laissez ainsi le temps aux marchés de se ressaisir après une période de turbulences.

 

Acheter et vendre en bourse de manière compulsive n’est pas pertinent car vous risquez de passer à côté de certains rendements. Sans compter que les nombreuses opérations boursières génèreraient des frais et que personne n’a la capacité d’anticiper l’évolution des marchés à court terme. 

4. N’investissez pas tout votre capital en une fois

Le parcours d’un investisseur est semé d’embûches et comporte une alternance de hausses et de baisses. De nombreux investisseurs en puissance craignent de se lancer « au mauvais moment ». Par exemple lorsque les marchés boursiers atteignent des niveaux record. Afin de réduire le risque de mauvais timing, investissez à intervalles réguliers. Par exemple en investissant chaque mois une petite partie de votre capital disponible dans un fonds de placement. 


Vous comptez sur un rendement potentiel plus élevé pour votre épargne tout en limitant les risques ?