Gérer votre capital

14 décembre 2018

Le pétrole agite le drapeau rouge

Luc Charlier

Luc Charlier

Investment office

Après avoir franchi la barre des 80 $/baril, un niveau inégalé depuis 4 ans en octobre, le prix du pétrole de la mer du Nord (Brent) a décroché de 30 %. L’ampleur et la rapidité de cet ajustement ont de quoi inciter les investisseurs à la méfiance.

La baisse du baril de brut sous le seuil des 60 dollars à Londres et à proximité des 50 dollars à New York semble être le symptôme d’un ralentissement de la croissance mondiale, la reprise synchronisée des principales zones économiques observée en 2017 faisant mine de se muer en un ralentissement généralisé, mais aussi de la difficulté des pays producteurs de pétrole à s’adapter à ce changement de donne. 

Le message du marché pétrolier

Le tassement des cours pétroliers et de l’ensemble des matières premières est également lié à l’appréciation du billet vert – l’indice relatif au dollar s’est apprécié de plus de 8,5 % depuis la mi-avril –, qui est, elle-même, la résultante du décalage de politique monétaire entre la Réserve fédérale américaine et les autres banques centrales.

Si les investisseurs décodent le message de prudence envoyé par le pétrole, ils ont tout intérêt à délaisser les actifs les plus cycliques, susceptibles de souffrir lors d’un ralentissement économique, au profit des actifs défensifs et des emprunts d’Etats les plus sûrs, qui offrent un refuge en période de volatilité accrue.

Etude complète

Cliquez ici pour découvrir l’étude complète sur la chute du cours du pétrole.

Plus d'infos?