Économie

Comment fonctionnent les cryptomonnaies ?

Charlotte de Montpellier

Charlotte de Montpellier

Economiste ING

Les cryptomonnaies et le Bitcoin font régulièrement l’actualité, souvent quand leur valeur atteint des sommets ou quand elle chute lourdement. Mais au fond, comment fonctionnent les cryptomonnaies ? Décryptage dans notre grande série sur le sujet.

Il ne fait aucun doute que 2018 était un test de réalité pour les amateurs de cryptomonnaies. Le quatrième trimestre de 2018 a été marqué par une forte contraction du marché de la cryptomonnaie, entraînant une perte de 45% de la capitalisation boursière de près de 100 milliards de dollars. Si le Bitcoin a repris un peu de valeur depuis le printemps 2019, il n’a plus jamais atteint les sommets des années précédentes et la volatilité est forte. 

graphique valeur bitcoin

Valeur d'un bitcoin en euro

La technologie derrière les cryptomonnaies

Il existe une très grande variété de cryptomonnaies, telle que l’Ethereum, le Ripple, le Litecoin,… Mais la plus connue des cryptomonnaie est le Bitcoin, qui a été inventé en 2008 par un mystérieux inventeur. Celui-ci se base sur la technologie des « registres distribués », une base de données partagée et synchronisée consensuellement à travers un réseau réparti en plusieurs endroits. Au lieu d’avoir un système centralisé qui vérifie chacune des transactions et les approuve (comme c’est le cas dans le système de paiement Bancontact par exemple), chaque participant au réseau (chaque «nœud ») possède une copie du registre de l’ensemble des transactions effectuées depuis la création du réseau. Chaque changement au registre, par exemple quand une personne verse un montant à une autre personne, modifie toutes les copies existantes du registre.

Création de bitcoins

En pratique, pour réaliser le contrôle, les participants doivent permettre à leur ordinateur de résoudre des algorithmes complexes, ce qui est un processus laborieux appelé « minage », en référence à l’extraction de l’or. Après avoir été vérifiés, les paiements sont regroupés dans un nouveau registre, lequel sera ajouté à la « chaîne » et partagé avec le réseau. En guise de récompense, les « mineurs » se voient offrir quelques bitcoins par bloc « miné ». La rémunération du « minage » de bitcoins constitue l’unique source de création monétaire, sans nécessiter l’intervention d’une banque centrale. Le logiciel a été conçu d’une manière telle qu’un nouveau bloc ne peut être ajouté à la chaîne – et que des nouveaux bitcoins ne peuvent entrer en circulation – que toutes les 10 minutes. Si beaucoup de « mineurs » souhaitent participer au « minage » des nouveaux bitcoins, la difficulté du processus augmente afin d’avoir toujours une création monétaire constante. Ainsi est assuré un flux indépendant et constant de bitcoins. 

Un système décentralisé crypté

L’inconvénient d’un système décentralisé est qu’il n’y a pas d’autorité centrale en qui avoir confiance. Comment être sûr que la personne qui me paye est bien propriétaire des bitcoins qu’il me verse et qu’il n’a pas falsifié les registres ? Pour régler ce problème, le Bitcoin utilise la cryptographie et des bases de données de type « blockchain ». Ce type de base de données permet de conserver des données d’une façon cryptée, qu’il n’est pas possible de modifier a posteriori. Chaque utilisateur possède une « clé » de cryptage pour effectuer ses transactions, il est donc le seul capable d’utiliser ses bitcoins. En conséquence, il n’y a pas de risques que certains utilisateurs modifient l’historique des transactions à leur avantage ou détournent l’argent pour en bénéficier. Le problème est que crypter les informations et ajouter de nouvelles données demandent beaucoup de puissance informatique, et de plus en plus à mesure que le réseau augmente et que le nombre de transactions explose. Cela engendre des problèmes de lenteur, certaines transactions prenant des dizaines d’heures à être enregistrées, et consomme énormément de ressources (ordinateurs, électricité…). 

"Chaque utilisateur possède une « clé » de cryptage pour effectuer ses transactions, il est donc le seul capable d’utiliser ses bitcoins."