Économie

L’inflation et les prix de l’énergie contraignent les Belges à réduire leurs dépenses quotidiennes

Wouter Thierie

Wouter Thierie

Economist ING

Une nouvelle enquête internationale d'ING[1] montre que presque 9 Belges sur 10 prennent des mesures pour réduire leur consommation d'énergie et 6 sur 10 économisent même sur les dépenses quotidiennes (nourriture et épicerie). Au cours des 6 prochains mois, ils prévoient même de réduire encore plus leurs dépenses. Les achats de Noël et les ventes en ligne devraient souffrir de cette situation.

Alors que les Belges ont été très nombreux à commander en ligne pendant la pandémie, cette tendance semble se corriger en grande partie. Près d’un quart (23%) des répondants déclarent acheter moins souvent en ligne depuis la fin de la pandémie, contre seulement 15% qui déclarent acheter plus souvent en ligne. Quand on leur demande s’ils s’attendent à dépenser davantage en ligne pendant les fêtes de fin d'année par rapport à l'année dernière, un Belge sur quatre (25%) indique qu’il va dépenser moins.

Les résultats de l'enquête montrent que la baisse est principalement due à une détérioration générale du climat économique et non au fait que les consommateurs trouvent plus facilement leur chemin vers les magasins physiques depuis l’assouplissement des restrictions sanitaires. En effet, la part des répondants qui déclare dépenser relativement plus dans les magasins physiques qu’en ligne (21%) est en équilibre avec le pourcentage qui déclare acheter relativement plus en ligne que dans des magasins physiques (23%). Les dépenses des fêtes de fin d'année seront donc probablement quelque peu inférieures à celles des dernières années.

Etude complète

>Lisez l'étude complète sur le comportement des Belges face à l'inflation et aux prix élevés de l'énergie.

Baisse des achats en ligne pour tous les types de dépenses

Au cours de l'année à venir, de nombreuses familles prévoient également de réduire davantage leurs achats en ligne (graphique 1). Par exemple, seuls 9% des personnes interrogées prévoient d'acheter plus de vêtements en ligne au cours de l'année à venir, tandis que 28% prévoient d'en acheter moins. Bien que la baisse semble être plus importante pour l'électronique et l'habillement, on constate que la tendance se poursuit dans toutes les catégories de produits. Dès lors, il est probable que la baisse des dépenses en ligne dans les prochains mois sera généralisée. Aucun secteur ne semble pouvoir échapper au ralentissement économique.

"Aucun secteur ne semble pouvoir échapper au ralentissement économique."
De nombreuses familles prévoient de réduire davatnage leur budget en ligne au cours de l'année à venir

Graphique 1 : De nombreuses familles prévoient de réduire davatnage leur budget en ligne au cours de l'année à venir

Le Belge beaucoup plus prudent que ses voisins à l’égard de son budget

Il est frappant de constater que le nombre de personnes qui envisage de réduire leurs dépenses en ligne est considérablement plus important en Belgique qu'aux Pays-Bas et en Allemagne, et ce pour presque toutes les catégories de produits (graphique 2). Par exemple, alors que 28% des répondants belges déclarent vouloir acheter moins de vêtements et de chaussures en ligne, ils ne sont que 14% aux Pays-Bas et 23% en Allemagne. Bien que le pouvoir d'achat des Belges soit bien mieux protégé grâce à l'indexation automatique des salaires par rapport aux pays voisins, la crise semble avoir un impact plus important sur le mode de consommation en Belgique que dans les autres pays. Les Belges semblent beaucoup plus prudents et disposés à réduire davantage leurs dépenses pour traverser cette période difficile.

Plus de Belges réduisent leurs dépenses en ligne que dans les pays voisins

Graphique 2: Plus de Belges réduisent leurs dépenses en ligne que dans les pays voisins

6 Belges sur 10 économisent sur les dépenses quotidiennes

La prudence des Belges ne s’observe pas uniquement pour les dépenses en ligne, mais impacte l’ensemble de la consommation. Ainsi, par rapport aux résultats de la même enquête en mars 2022 [2], le nombre de ménages réduisant leur consommation a fortement augmenté. En outre, de nombreux ménages prévoient de réduire encore leurs dépenses dans les mois à venir. Alors qu’ils n’étaient que 44% en mars, 57% des Belges déclarent désormais faire des économies sur les dépenses quotidiennes (nourriture et épicerie) et 60% prévoient d’en faire dans les 6 prochains mois.

De plus en plus de Belges économisent sur leurs dépenses

Graphique 3 : De plus en plus de Belges économisent sur leurs dépenses

Pour 4 Belges sur 10, la facture d’énergie a plus que doublé au cours des six derniers mois

L’extrême prudence des ménages trouve évidemment sa source dans la crise énergétique. Selon l’enquête, la facture énergétique a plus que doublé pour 4 Belges sur 10 au cours des 6 derniers mois. Pour près de 1 sur 10, elle a même plus que quintuplé. Dans ce contexte, le nombre de ménages prenant des mesures pour économiser l'énergie et tenter de réduire l’impact de la hausse des prix. Plus de 6 Belges sur 10 indiquent baisser le chauffage, tandis que 4 répondants sur 10 se disent plus économes avec l'utilisation d'appareils électriques, comme le lave-vaisselle.

Les Belges cherchent donc massivement à faire des économies pour faire face à la hausse du coût de vie. Cela aura un impact sur les ventes en ligne dans les prochains mois, ainsi que sur la croissance économique en Belgique. L'économie belge s'est déjà légèrement contractée (-0,1%) au troisième trimestre, et cela devrait continuer dans les prochains trimestres. Nous prévoyons que la croissance économique sera négative en 2023. 

Bon à savoir