Économie

L'argent fait le bonheur : vrai ou faux ?

Antoon Vandevelde

Antoon Vandevelde

Economiste et philosophe

L'argent rend-il les gens heureux ? Ce n'est que récemment que des études ont été menées pour répondre à la question. Le prof. ém. Antoon Vandevelde passe au crible 4 affirmations relatives à l'argent et au bonheur...

1. Plus mes revenus augmentent, plus je suis heureux

"Dans les années 1970, le professeur américain Easterlin a été l'un des premiers économistes à étudier en profondeur la relation entre salaire et bonheur", commence le prof. ém. Antoon Vandevelde. "Il se basait à cet égard sur des sondages. L'idée était simple : les gens s'attribuaient un score de bonheur de 1 à 10, avant de dévoiler l’importance de leur revenu."

"Easterlin est vite arrivé à la conclusion qu'il n'y a pas de relation linéaire entre revenu et bonheur. Au-delà d'une certaine limite de revenu, il a découvert que les individus ne deviennent pas plus heureux avec un revenu encore plus élevé."


Ses conclusions se présentaient comme suit :

Pour les gens très pauvres (et incapables de payer leurs factures, leur éducation et leurs soins de santé), l'argent fait indéniablement le bonheur. La courbe augmente fortement au début en cas de revenu plus élevé, mais cette augmentation faiblit à mesure que le revenu augmente encore davantage.

Au-delà d’une certaine limite, la courbe s’aplatit même complètement : davantage d'argent n’accroît alors plus le sentiment de bonheur. Selon les études les plus récentes, on constate que le bonheur individuel en Belgique plafonne à un revenu mensuel net de 4 500 euros.

"On constate que le bonheur individuel en Belgique plafonne à un revenu mensuel net de 4 500 euros."
Graphique

Courbe de la relation entre argent et bonheur

Conclusion

L'argent nous rend plus heureux en tant qu'individu (surtout si l'on en a très peu), mais jusqu'à une certaine limite. 

2. Plus notre société est prospère, plus nous sommes heureux

"Pendant longtemps, les économistes ont pensé que le bonheur des gens dépendait du produit intérieur brut moyen par habitant", explique Antoon Vandevelde. "Plus la valeur de tous les biens et services que nous produisons chaque année est élevée, plus nous sommes heureux. C'était la thèse. Les économistes comprenaient qu'il y avait une distinction entre prospérité (la mesure dans laquelle nous pouvons satisfaire nos besoins matériels) et bien-être (la mesure dans laquelle nous sommes satisfaits de notre qualité de vie), et entre matériel et spirituel. Mais en gros, ils pensaient que le bonheur était directement proportionnel à la prospérité."

"Bien sûr, ce n'est pas tout à fait juste. Au cours des 60 dernières années, la prospérité moyenne dans notre pays a triplé. Pourtant, le Belge moyen est aussi heureux qu'il y a 60 ans. Cela signifie que nous avons déjà atteint il y a 60 ans le niveau où plus d'argent ne rend pas les gens plus heureux. Bien qu'il y ait eu à l’époque moins de facilités (mobilité, temps libre...), le Belge moyen n'était pas plus malheureux qu'aujourd'hui", constate Antoon Vandevelde.

"On pourrait donc en conclure qu'une croissance économique supplémentaire ne rend pas plus heureux. Mais il faut nuancer. En effet, en 1960 comme aujourd'hui, les gens qui gagnent plus que la moyenne font état de taux de bonheur plus élevés que ceux qui gagnent moins que la moyenne. Donc, si votre richesse augmente et que vous commencez à gagner plus que la moyenne, votre bonheur augmentera. Statistiquement parlant, du moins."

"Bien qu'il y ait eu à l’époque moins de facilités (mobilité, temps libre...), le Belge moyen n'était pas plus malheureux qu'aujourd'hui."

Conclusion

Plus de prospérité ne nous a pas nécessairement rendus plus heureux au cours des 60 dernières années. Mais les personnes qui gagnent plus que la moyenne indiquent qu'elles sont plus heureuses que celles qui gagnent moins que la moyenne.

3. Que l'argent vous rende heureux ou non dépend surtout de vous

"De nombreuses études sur le bonheur mesurent le sentiment subjectif des gens", poursuit le professeur émérite Vandevelde. "De plus, l'argent n'est qu'un des nombreux facteurs qui influencent le bonheur. Quelqu'un peut très bien avoir 10 millions d'euros sur son compte et affirmer qu'il est malheureux. Mais si dans un mois il trouve l’amour de sa vie, il pourra tout à coup être fou de bonheur alors qu'il n'aura pas un euro de plus sur son compte."

"Votre bonheur dépend en grande partie de votre propre cadre de référence. Et des personnes auxquelles vous vous comparez. Le philosophe grec Épicure le disait déjà il y a 2 300 ans : l'art consiste à voir ce que l’on a, et non ce que l'on n’a pas. Si l'on veut être heureux simplement en ayant plus que les autres, on risque d’être déçu."


"L'art consiste à voir ce que l’on a, et non ce que l'on n’a pas."

Conclusion

La question de savoir si l'argent rend heureux dépend en partie de la personne avec qui l’on se compare et de l'importance que l'argent a pour nous.

4. Donner rend plus heureux que d'avoir

"C'est paradoxal, mais les gens généreux sont plus heureux que ceux qui se préoccupent surtout de leur propre bien-être et de leur bonheur", affirme Antoon Vandevelde. "Les personnes qui s’impliquent dans le bonheur des autres et s’engagent envers autrui font état de taux de bonheur plus élevés que celles qui n’en font pas autant."

L'une des façons de mettre cela en pratique est le bénévolat. Différentes études montrent un lien direct entre le bénévolat et l'amélioration du bien-être mental et social. Cela ne vous enrichit peut-être pas, mais votre vie en est plus riche ! 


"Les gens généreux sont plus heureux que ceux qui se préoccupent surtout de leur propre bien-être et de leur bonheur."