Économie

2 février 2021

Update économique mensuel

Chaque mois, nos économistes étudient la situation macro-économique. Ils analysent les événements qui ont eu un impact ces dernières semaines et expliquent les possibles conséquences.

L'espoir d'une reprise globale synchronisée s'amenuise

L’éventualité d’une reprise mondiale synchronisée semble aujourd’hui un peu moins probable. Les programmes de vaccination se déroulent sans heurt aux États-Unis, tandis qu’en Europe, ils sont un peu plus lents. Les États-Unis devraient donc pouvoir entamer leur reprise plus rapidement.


États-Unis – Belles perspectives

Comme le reste du monde, l’économie américaine a débuté l’année 2021 aux prises avec une situation compliquée. Les ventes au détail étaient en effet faibles à la fin de 2020, tandis que l’économie avait perdu 140.000 emplois en décembre. Les mesures de confinement partielles mises en place actuellement dans certains états continuent en outre à peser sur la confiance et l’activité. Selon nous, l’économie devrait donc connaître des difficultés au premier trimestre. Les perspectives pour la suite sont toutefois meilleures. Les États-Unis effectuent en moyenne un million de vaccinations par jour et le président Biden promet davantage de moyens pour accélérer le processus et porter ce nombre à 1,5 voire 2 millions par jour. Le temps plus chaud qui s’annonce et le nombre déjà en baisse des hospitalisations nous incitent à davantage d’optimisme pour l’économie au deuxième trimestre.

"Nous prévoyons une solide consommation, une hausse du soutien budgétaire et une activité élevée dans le secteur de la construction..."

Zone euro – Un faible début de 2021…

Les premiers chiffres économiques pour le premier trimestre suggèrent une légère détérioration de la situation en janvier par rapport au dernier trimestre de 2020, principalement en raison des confinement strictes en vigueur dans certains pays. L’indicateur Ifo allemand ainsi s’est replié davantage que prévu en janvier, avec une baisse tant de l’évaluation de la situation actuelle que des attentes. La confiance des consommateurs de la zone euro s’est aussi détériorée en janvier, tandis que l’indice PMI agrégé est passé de 49,1 en décembre à 47,5 en janvier. Maintenant que les variantes plus contagieuses du coronavirus se répandent sur le continent, les mesures de confinement ont à nouveau été renforcées dans plusieurs pays. Parallèlement, la campagne de vaccination continue à décevoir. Il semble dès lors improbable que l’immunité collective soit atteinte avant le quatrième trimestre. L’année commence donc difficilement. Étant donné que les personnes les plus vulnérables seront probablement vaccinées d’ici la fin avril, il semble cependant toujours que les mesures de confinement pourront alors être assouplies. À partir du deuxième trimestre, l’économie pourrait par conséquent afficher une croissance plus solide.

"Nous prévoyons une croissance de 3,5% en 2021, ce qui est inférieur au consensus."