Sécurité en ligne

La fraude 419 ou arnaque nigériane

La dénomination « fraude 419 » fait référence à un article du code pénal nigérian qui sanctionne le type de fraude qui se présente comme suit.

Un e-mail d’un soi-disant prince nigérian vous annonce qu’il a besoin de votre aide pour récupérer sa fortune bloqué par la guerre. Il a juste besoin d’une petite avance de votre part pour couvrir les frais de déblocage. Cette technique n’est pas récente et pourtant, elle continue de faire des ravages aujourd’hui encore. 

Vous devez avancer de l’argent pour en recevoir plus

C’est la caractéristique principale de cette fraude basée sur la tentation. La victime doit payer avant de recevoir de l’argent. Les montants promis sont souvent très élevés et peuvent convaincre une personne hésitante. À bien lire le message des fraudeurs (voir un exemple ci-dessous), on se rend compte que l’opération va à l’encontre des règles. Cela fait partie de la technique, car la victime, qui s’est fait piégé a moins de chances de crier au voleur car elle fait elle-même partie d’une opération frauduleuse.

Les fraudeurs utilisent des fonctions socialement reconnues pour légitimer leur message

Le prince nigérian ne faisant plus recette, les fraudeurs recherchent de nouveau profils en usurpant certaines identités. Ils peuvent se faire passer pour un banquier syrien, un soldat américain basé au Moyen-Orient, voire, plus proche de nous, le CEO d’ING Belgique.

Voici par exemple, un message de fraude qui nous a été rapporté (nous n’avons pas corrigé les erreurs de langage):

"Je m'appelle Peter Adams, l'actuel CEO d'ING en Belgique, je découvre 900 000,00 € de notre client décédé qui est décédé de Covid19 l'année dernière avec sa femme et sa fille et ils n'ont aucun survivant. L'argent a été à la banque et je veux faire votre plus proche parent puisque vous avez tous les deux le même nom de famille. Ceci est sans risque, je préparerai tous les documents nécessaires que vous signerez et l'argent vous sera transféré une fois que vous aurez reçu l'argent. Vous me restituerez alors 400 000 € à titre de dédommagement. Répondez-moi dès que possible afin que nous puissions continuer. Peter Adams CEO d'ING en Belgique.”

Que faire si l’on est ciblé par cette fraude ?

  • Surtout n’avancez pas les sommes demandées. Les fonds promis sont faux et vous ne recevrez rien en retour.
  • Si vous avez partagé les données de votre carte bancaire (crédit ou débit), bloquez cette carte immédiatement via Card Stop au 078 170 170.
  • Prévenez également votre banque le plus rapidement possible. Si vous informez votre banque, rapidement, vous augmentez les chances que les experts anti-fraude de la banque récupèrent tout ou partie des montants transférés ou volés.