Durabilité

25 septembre 2019

Ensemble vers une société plus digitale

Le Fonds ING s’engage pour l'inclusion numérique des personnes vulnérables

De nos jours, nous devons être en mesure d’utiliser les plateformes numériques afin de gérer les différentes tâches du quotidien. Que ce soit la recherche d’informations sur les transports en commun, consulter des offres d'emploi, rester en contact avec l'école de votre enfant, prendre rendez-vous chez le médecin, ou encore s’inscrire à un service, … Sans parler du e-commerce et des services bancaires en ligne. Pour quatre Belges sur dix, cela ne va pas de soi. En effet, ces personnes ont peu, voire pas de compétences numériques et courent donc le risque d’une exclusion numérique.

L’exclusion numérique en quelques chiffres :

  • 12 % de la population belge ne possède aucune compétence numérique (2 % des 16-24 ans et 41 % des 65-74 ans)
  • En Flandre, 25 % des femmes et des hommes célibataires n'ont pas accès à Internet à la maison. En Wallonie, ce pourcentage atteint 45 %.
  • 1 Belge sur 10 craint de perdre son emploi parce qu'il n’arrive plus à suivre l’évolution numérique.

Pour plus d'informations sur l'exclusion numérique, veuillez consulter le site Internet de la Fondation Roi Baudouin.

Afin de pouvoir soutenir diverses questions sociétales comme l’inclusion numérique, ING a créé en 2005 un fonds philanthropique au sein de la Fondation Roi Baudouin. En 2019, l’appel à projet « société plus digitale » a pour but de renforcer l’inclusion numérique en aidant les personnes à développer leurs compétences dans ce domaine et en veillant à ce que les produits et services numériques puissent être accessibles à tous.

 

Pour atteindre cet objectif, le Fonds ING s'engage à soutenir six projets sur une période de deux ans. Ces projets œuvrent pour l'inclusion numérique des personnes vulnérables afin d'éviter qu'elles ne s'isolent davantage et que leur position, souvent déjà faible, ne s’aggrave. Lors d’une première phase, ces six projets bénéficieront d'un soutien financier allant de 19 000 à 90 000 euros. Une évaluation sera effectuée tous les six mois et, si les résultats escomptés sont atteints, un montant similaire sera octroyé pour soutenir le projet durant la deuxième année.

Voici un aperçu des 6 projets soutenus:

  • WeTechCare développe une plate-forme pédagogique bilingue mettant des outils (manuels, vidéos d'instructions...) à la disposition des intervenants professionnels et intervenants de proximité, ainsi qu’aux membres de la famille, afin qu’ils puissent aider les autres sur Internet. La plate-forme fournit également un aperçu des organisations qui proposent une formation numérique, dès le niveau de base.
  • Le Quartier Numérique Inclusif idéal : les villes d' Anvers, de Gand et de Courtrai travaillent depuis des années à l'inclusion numérique. Avec Digipolis, elles partageront leur expertise afin d'aboutir à un concept unique de Quartier Numérique Inclusif idéal, qu’elles testeront dans deux quartiers. Les résultats obtenus formeront la base d’une boîte à outils proposant des méthodes qui peuvent être utilisées par d'autres villes et municipalités.
  • Hobo, un centre de jour pour sans-abri à Bruxelles, organise des ateliers informatiques adaptés aux besoins et à la vitesse du groupe cible, afin de renforcer leur autonomie. Pour eux aussi, le recours aux outils numériques est souvent une nécessité, pour tenir leur administration à jour ou pour chercher du travail ou un logement, par exemple.
  • Les voyageuses du numérique : l'organisation bruxelloise « Bibliothèque Sans Frontières » invite les femmes célibataires et un peu plus âgées à petit-déjeuner offrant un petit plus. Un atelier qui les accompagne dans la gestion de leur administration en ligne, et où elles peuvent poser toutes leurs questions dans une ambiance rassurante.
  • Avec le projet DIGITarc, l’ASBL namuroise « Action et Recherche Culturelles » entend s'occuper, entre autres, des petits entrepreneurs qui ne disposent pas des compétences nécessaires pour positionner correctement leur entreprise sur Internet, des seniors, des nouveaux arrivants sur notre territoire... de tous celles et ceux qui ne jouissent pas d’un accès suffisant aux possibilités numériques.
  • L'école d'enseignement spécialisé Sainte-Gertrude de Brugelette a déjà réalisé un projet pilote pour soutenir ses élèves souffrant d'un handicap à l’aide d'outils numériques afin qu'ils puissent communiquer et fonctionner de manière plus autonome. Ce projet va à présent être étendu à l’ensemble des élèves.

En savoir plus ?